BFM Patrimoine

Paris: en nette hausse, le diagnostic de Draghi rassure.

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - D'abord en léger repli, la Bourse de Paris évolue maintenant en nette hausse, rassurée par les déclarations de Mario Draghi après la réunion du comité de politique monétaire de la BCE. Vers 16h00, le CAC 40 gagne 1% à 4

(CercleFinance.com) - D'abord en léger repli, la Bourse de Paris évolue maintenant en nette hausse, rassurée par les déclarations de Mario Draghi après la réunion du comité de politique monétaire de la BCE.

Vers 16h00, le CAC 40 gagne 1% à 4.252 points.

Conformément à ce qu'avaient anticipé les marchés, la BCE a décidé de laisser inchangés ses taux directeurs, lesquels ont été abaissés à deux reprises ces derniers mois. De fait, le taux de refinancement demeure à 0,05%, le taux de facilité de prêt marginal à 0,3% et celui de facilité de dépôt à -0,2%.

Les investisseurs ont cependant été rassurés par les propos de Mario Draghi au sortir de la réunion du comité de politique monétaire de l'institution. Visiblement conscient de la persistance de la menace d'une déflation en zone euro, en sus d'indicateurs attestant d'un ralentissement de l'économie allemande, le gouverneur de la BCE s'est dit enclin à prendre de nouvelles mesures non conventionnelles, affirmant même avoir demandé à ses équipes de se préparer à les mettre en oeuvre si besoin.

Des propos forts alors que la Fed a annoncé la fin imminente de son 'quantitative easing' et que la Bank of Japan a pour sa part décidé de lancer un ambitieux programme de rachats d'actifs pour relancer l'économie nippone.

Le conseil des gouverneurs de la BCE fait de surcroît bloc derrière Mario Draghi, ce qui tend aussi à soulager les opérateurs.

Toujours au chapitre macroéconomique, les commandes à l'industrie ont rebondi de 0,8% en séquentiel en septembre. Une hausse néanmoins inférieure à celle anticipée par les économistes, qui tablaient en moyenne sur +2%, et de surcroît indissociable de la révision de - 5,7 à -4,2% de la chute enregistrée en août.

Outre-Atlantique, les données sur l'emploi continuent quant à elles de traduire une certaine solidité du marché, à la veille de la publication des chiffres du chômage pour octobre qui constitueront le dernier grand rendez-vous macroéconomique de la semaine. Pour l'heure, le Département du Travail a enregistré 278.000 nouveaux inscrits au chômage lors de la semaine close le 1er novembre, contre 288.000 au dernier pointage et un consensus de 285.000.

Autre bonne nouvelle : la productivité du secteur non agricole américain a augmenté de 2% au troisième trimestre 2014 en première estimation, soit 0,5 point de plus qu'attendu par les économistes.

Enfin, sur le front des valeurs, CGG, grandement chahuté sur le SBF 120 depuis le début de l'année, flambe de 25,3% à 5,6 euros après la publication de comptes trimestriels attestant d'une certaine résistance au regard de la détérioration des conditions du marché sur lequel opère le groupe pétrolier spécialisé dans l'ingénierie sismique. Surtout, CGG a annoncé avoir décidé en juillet d'accélérer et d'intensifier le plan de transformation amorcé en fin d'année dernière.

Sur le CAC 40, la hausse de 14,6% en données publiées (+15,7% à change constant) du résultat opérationnel récurrent neuf mois de Veolia Environnement (+3,4% à 14,1 euros) à 711 millions d'euros est logiquement saluée par les investisseurs.

Capgemini (+4,9% à 54,7 euros) signe pour sa part la plus forte hausse de l'indice phare dans le sillage d'une hausse de 2,8% à taux de change et périmètre constants de son chiffre d'affaires trimestriel à près de 2,6 milliards d'euros.

Malgré des comptes très solides au troisième trimestre (hausse de 2,1% du résultat net part du groupe à environ 1,5 milliards d'euros, réduction du coût du risque...), Crédit Agricole (-4,8% à 11,1 euros) se situe en revanche à l'autre extrémité du palmarès.

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance