BFM Patrimoine

Paris: complètement hypnotisé par la Fed.

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Les présidents des Réserves Fédérales américaines se relaient pour distiller des informations savamment choisies. Vers 16h30, le CAC 40 recule de 0,4% à 4035,4 points, tandis que le FTSE et le DAX se replient respectivemen

(CercleFinance.com) - Les présidents des Réserves Fédérales américaines se relaient pour distiller des informations savamment choisies.

Vers 16h30, le CAC 40 recule de 0,4% à 4035,4 points, tandis que le FTSE et le DAX se replient respectivement de 0,5% et 1%.

Les investisseurs ont appris que le déficit commercial des Etats-Unis s'est réduit considérablement en juin, principalement sous l'effet d'un gonflement des exportations du pays, d'après les chiffres du Département du Commerce.

Le déficit est passé de 44,1 milliards de dollars au mois de mai (chiffre révisé après 45 milliards en première estimation) à 34,2 milliards de dollars en juin, alors que les économistes anticipaient une réduction à seulement 43,5 milliards environ.

Le marché attend surtout la prise de parole de Charles Evans, le président de la Fed de Chicago. 'Richard Fisher, le Président de la Réserve Fédérale de Dallas, a évoqué hier l'imminence de la réduction du programme de soutien à l'économie américaine', rappelle Daniel Gravier, directeur général de XTB France.

'La Fed serait donc, selon Richard Fisher, sur le point de limiter son programme de rachats d'actifs suite à la baisse du taux de chômage du mois de juillet', précise-t-il.

Natixis ne se montre pas enthousiasmé par les commandes industrielles allemandes publiées en milieu de séance. Pourtant, alors que le marché ne les attendait qu'en hausse à un rythme quatre fois plus faible, les commandes industrielles ont rebondi de 3,8% en juin par rapport à mai, après une baisse de 0,5% entre avril et mai (révisée d'une estimation initiale de -1,3%).

Natixis indique que ce vif rebond des commandes est principalement dû aux produits à 'gros ticket', significativement supérieurs à la moyenne. Sans cette catégorie, elles auraient même diminué de 0,7%.

Dans la matinée, le marché a appris que la production industrielle a augmenté de 1,1% au Royaume Uni en juin 2013 par rapport à mai, selon les données ajustées de variations saisonnières de l'office national de statistiques.

Sur le front des valeurs, Crédit Agricole avance de 0,3% à 7,8 euros, après avoir dévoilé des comptes 'solides' au titre de son deuxième trimestre, avec un résultat net part du groupe de 1.385 millions d'euros contre 808 millions d'euros un an plus tôt, à la faveur d'une activité commerciale robuste et d'un coût du risque 'maîtrisé'.

Bonduelle chute au contraire de 4,4% à 18,8 euros, après avoir averti que des facteurs 'particulièrement adverses' comme la morosité de la consommation en Europe devraient affecter la rentabilité de son exercice 2013/2014.

Euro Disney perd 1,6% à 4,8 euros, victime d'un contexte économique difficile, notamment en Europe du sud, et, dans une moindre mesure, des conditions météorologiques défavorables en France, au troisième trimestre.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance