BFM Patrimoine

Paris:bilan négatif éclipsé par WStreet bullish malgré stats

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Les scores sont figés depuis 2 heures autour de +0,25% à Wall Street, les indices US gravitant à proximité immédiate des sommets absolus: c'est un scénario hautement prévisible en cette dernière séance du 1er trimestre

(CercleFinance.com) - Les scores sont figés depuis 2 heures autour de +0,25% à Wall Street, les indices US gravitant à proximité immédiate des sommets absolus: c'est un scénario hautement prévisible en cette dernière séance du 1er trimestre et veille d'un 'pont' de 3 jours (la tradition de la 'clôture au plus haut' avant le week-end est donc respectée).

A Paris en revanche, le semaine s'achève sur une perte de -1%... mais c'est très vite oublié puisque Wall Street est au zénith et en engrange plus de 10% depuis le 1er janvier... contre seulement +2,5% pour le CAC40.

L'indice parisien s'était pourtant envolé de 3.736 vers 3.751Pts en 5 minutes entre 15H55 et 16H, la hausse du jour passant de +0,65% à +1,1% (ce qui effaçait pratiquement toutes les pertes de la veille).

Aucun chiffre, aucune information identifiable n'était à l'origine de cette accélération qui a bénéficié très ponctuellement (cela a duré une dizaine de minutes) à l'ensemble des places européennes, quoiqu'à des degrés divers.

Paris avec ses +0,53% caracole une nouvelle fois (comme mardi) en tête des places européennes puisque Francfort ne grappille que +0,08%, Madrid +0,25 et Milan finit dans le rouge (-0,1%).

Malgré le rebond du jour (à 3.731Pts), le CAC40 ne parvient même pas à finir plus haut qu'au soir du 1er janvier (3.734Pts)... et cette reprise s'effectue avec des volumes plutôt modestes (2,8MdsE) contre 3,5MdsE la veille en clôture.

C'est même très faible pour une séance d'habillages de bilans de fin de trimestre: les grands gagnants de l'année 2013 sont pour l'heure Carefour (+10,5%), Sanofi (+11% et le titre passe la barre des 100MdsE de capitalisation), Essilor (+14%), L'Oreal (+18%), Renault (+20%), PPR (+21,7%) et 'hors catégorie', on retrouve EADS avec +34,6%.
Les grands perdants sont les pétrolières (Total, Technip, Vallourec à -5 et -8%), toutes les valeurs télécom (comme au dernier trimestre 2012), les banques (Italie et Chypre obligent), les matériaux de base avec -10,25% pour St Gobain, -15% pour Aperam et -22,3% pour Arcelor Mittal.

A Wall Street, plus de 80% des valeurs sont en hausse depuis le premier janvier, bien que la toile de fond macrto-écomique soit assez contrastée.

Mais les marchés US obéissent à la logique des flux (4Mds$ par jour sont déversés par la FED dans le système financier) et les indices US progressent souvent sans catalyseur identifiable.

Nouvelle illustration aujourd'hui: une hausse a surgi comme une 'génération spontanée' vers 15H55 et les indices US sont passés de +0,1% à +0,35% en une poignée de minutes (ils affichaient 0,2% en moyenne vers 18H45, le 'S&P' s'accroche à son record des 1.566Pts du 09/10/2007).

C'est le scénario parfait, le 'timing' idéal: Wall Street va terminer le trimestre au plus haut, les indices égalant ou débordant à la marge leurs zénith historique... le Dow Jones à 14.585 et le S&P500 à 1.568.

Peu importe maintenant que ces scores soient préservés en clôture, ils ont fait la 'une' de tous les journaux télévisés de la mi-journée aux Etats Unis (pratiquement toutes les grandes chaînes ont couvert l'évènement, avec profusion de larges sourires, bien de circonstance).

On ne peut que se réjouir de cette hausse qui se matérialise au meilleur moment... le seul regret que l'on peut formuler, c'est qu'aucune statistique publiée ce jeudi n'est favorable, strictement aucune !

Le chômage hebdo rebondi de +16.000 à 357.000, le PMI de Chicago chute de -4,4Pts à 52,4 contre 56,8 le mois précédent (il était attendu stable) et l'estimation finale de la croissance de l'économie américaine a été révisée à la hausse pour le dernier trimestre de 2012 à +0,4%... alors que les opérateurs l'attendaient en hausse de +0,5% à +0,6%.

La situation à Chypre n'a pas dégénéré avec la réouverture de certaines banques (les 2 principales rstant closes) et les craintes d'un effet domino se sont complètement évaporées: plus rien ne saurait peser sur le moral des investisseur puisque Wall Street bat ses records.

Le long week-end de Pâques en perspective rend les investisseurs plutôt assez prudents. 'Il y a beaucoup de raison pour ne pas prendre de risque aujourd'hui, avec la fin du mois, du trimestre, de la semaine de quatre jours et bien entendu Chypre', prévient Will Hedden, sales trader chez IG.

'Le trimestre s'est avéré souriant pour les actions, et les gérants seront donc bien heureux de prendre quelques profits avant de partir à la chasse aux oeufs de Pâques', ironise le professionnel.

Outre la réouverture des guichets des banques survenue à Chypre, le marché garde un oeil sur Rome où le leader du centre-gauche, Pier Luigi Bersani, doit rencontrer le président Giorgio Napolitano en vue d'évoquer la formation d'un exécutif.

Il n'y a pas qu'aux Etats Unis que les chiffres sont décevants: le nombre de chômeurs en Allemagne a augmenté de 13.000 au mois de mars en rythme séquentiel, selon les données corrigées de variations saisonnières. Le consensus tablait pourtant sur une baisse d'un peu moins de 5.000.

Du côté des valeurs, le CAC40 était tiré à la hausse par les bancaires (Crédit Agricole et BNP-Paribas) puis Sanofi et Essilor (+1,5%), Carrefour et l'Oréal (+2,5%) qui sont 4 des vedettes du 1er trimestre.

Ingenico s'adjuge 2,1% alors que les analystes de Barclays Capital réitèrent leur recommandation 'surpondérer' sur le titre, avec un objectif de cours de 51 euros.

Maurel & Prom a perdu -3,5%, après avoir dégagé un résultat net de 58 millions d'euros en 2012 pour un chiffre d'affaires consolidé de 472 millions d'euros, en progression de 26%.
Areva poursuit sa chute et cède encore -2,5% ce jeudi après -4% la veille, Alstom finissait en queue de peloton au sein du CAC à -2%.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance