BFM Patrimoine

Paris: belle semaine qui doit tout à la FED,rien aux 'stats'

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - La fin de semaine pourrait être moins glorieuse à Wall Street que les précédentes 96H, contrairement à la tradition qui vent que les indices US clôturent au plus haut à la veille du week-end. A mi-séance, le Dow Jones re

(CercleFinance.com) - La fin de semaine pourrait être moins glorieuse à Wall Street que les précédentes 96H, contrairement à la tradition qui vent que les indices US clôturent au plus haut à la veille du week-end.

A mi-séance, le Dow Jones recule de -0,7% (le bilan hebdo repasse sous les 1%), le 'S&P' de -0,5% (après 12 séances de hausse sur une série de 14) et le Nasdaq de -0,2% (après 12 séances de hausse sur une série de 13).

Un gros titre paru jeudi matin résume assez bien le 'point d'orgue' de la semaine écoulée: 'la FED catapulte les indices vers de nouveaux sommets'.
Après 4 mois d'intense préparation psychologique en vue d'entamer une réduction de ses injections monétaires, la FED a décidé que les récentes de statistiques -plus médiocres les unes que les autres- plaidaient pour un maintien des injections 'plein pot'.

L'orgie de liquidités est donc prolongée de 6 semaines à 3 mois, voir plus, l'orchestre entame une nouvelle valse et les marchés se remettent à danser tandis que l'économie réelle se morfond.

Après une ascension fulgurante vers 4.227Pts jeudi matin (et l'ouverture d'un 3ème 'gap' en 15 jours), le CAC40 a fini inchangé à l'issue d'une séance totalement soporifique où les 2 seuls décalages de cours de plus de 15Pts survenus vers midi puis vers 15H45/15H55 étaient purement techniques et liés à l'expiration d'échéances mensuelles sur le DAX et le PX1.

L'ensemble des places européennes se sont retrouvées comme des pantins dont on a lâché les ficelles après la représentation de jeudi, les indices boursiers gisant au sol, complètement amorphes durant toute la séance.

C'était pourtant la séance des '4 sorcières', réputée active (5,5MdsE échangés à Paris mais certainement pas plus de 2MdsE hors arbitrages) et riches en enjeux mensuels comme trimestriels... mais cette fois-ci, aucun suspens, les 'bulls' ont remporté une victoire écrasante (+15% sur le CAC40 depuis le 21 juin dernier, +2,2% cette semaine).

La semaine écoulée a permis à des titres délaissés de combler leur retard: Unibail a rebondi de +5,7%, Sanofi de +5%, Cap Gemini de +4,85%, Michelin de +4,2%.
Parmi les rares replis, AXA lâchait -1,8%, Arcelor-Mittal -1,2%, Total et Accor -1,1%.

Chez nos voisins, le FTSE perdait 0,45% et le DAX -0,25% (le recul avoisinait -0,3% pour l'E-Stoxx50, -0,15% pour l'Euro-600).

Les élections allemandes occupent maintenant les esprits. 'Il s'agit d'un des événements les plus importants sur la scène internationale en 2013 et une étape cruciale pour l'avenir de l'Union européenne', estime Brenda Kelly, stratégiste chez IG.

Même si le résultat des élections semble largement acquis d'avance pour Angela Merkel et sa coalition, 'Le rôle politico-économique qu'occupe l'Allemagne en Europe est fondamental, donc il est normal que les marchés se montrent prudents', ajoute le professionnel.

Le Dollar se reprend légèrement à 1,3525 contre 1,3560: la semaine s'achève tout de même sur un repli de -1,7% et c'est l'or qui ressort comme le grand gagnant avec +3%, malgré un repli de -1% ce vendredi.

Sur le front des valeurs, Technip se détachait franchement du lot avec +3,2%, loin devant Lafarge (+1,4%), Sanofi (+1,12%), Orange et Safran (+1%).
Durant une bonne partie de la matinée, le CAC40 ne comptait aucune valeur perdant ou gagnant plus de 1%.
Quelques replis se sont un peu creusés au fil des heures avec Renault à -1,35%, Veolia 2,3%, AXA -1,75% et Sté Générale -0,8%.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance