BFM Patrimoine

Paris:2015 ne débute pas en fanfare et semaine de net repli

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Peu d'opérateurs présents et beaucoup de volatilité, voilà qui résume assez bien cette 1ère séance de l'année puisque Paris rechute de -0,48% à 4.252Pts après renoué avec les 4.290 peu après 15H30. Le CAC40 a semblé

(CercleFinance.com) - Peu d'opérateurs présents et beaucoup de volatilité, voilà qui résume assez bien cette 1ère séance de l'année puisque Paris rechute de -0,48% à 4.252Pts après renoué avec les 4.290 peu après 15H30.

Le CAC40 a semblé se redresser sur le tard en direction des 4.300 initiaux après une chute de -2% en ligne droite entre 4.311 et 4.224 au cours de la 1ère heure cotations.
Le tout s'est déroulé dans des volumes dérisoires puisque le total des échanges dépassait à peine 1,5MdsE peu avant 17H30 (et la barre des 2MdsE n'a même pas été franchie à 17H35).
Sur l'ensemble de la semaine, le CAC40 perd pratiquement -1,5% et l'Euro-Stoxx50 -1,42%, voilà un scénario assez différent de celui observé fin 2013.

Wall Street -partagé entre les achats techniques de début d'année et deux stats décevantes publiées à 16H- semble rejouer la séquence du début de séance en Europe avec une ouverture positive, suivie d'une inversion de vapeur radicale après la publication d'un indices ISM manufacturier (55,5 contre 58,7 en novembre, au plus bas depuis 6 mois) et une baisse inattendue des dépenses de construction.

Après les -0,9% à -1,1% qui ont conclu l'année 2014 mercredi, les indices US sont donc de nouveau en perte avec -0,3% sur le Dow Jones tandis que le Nasdaq affiche -0,7 (soit -2,1% sur la semaine si les scores en restent là d'ici 22H) et le Russel-2000 un inquiétant -1,15%.

En Europe, Francfort finit clairement négatif avec -0,4% et Londres cède près de 0,3%.

Les premiers chiffres 2015 en Europe sont très décevants avec une nouvelle détérioration de la conjoncture manufacturière à la fin de 2014, au vu de l'indice des acheteurs PMI de Markit qui se replie de 48,4 en novembre à 47,5 en décembre, signalant la plus forte contraction du secteur depuis août.

'Les débats générés par les réformes économiques proposées par le gouvernement ne faisant que commencer, un retournement prochain de la situation reste peu probable' commente Jack Kennedy, senior economist à Markit.

Plus largement, l'année 2014 s'achève sur une conjoncture difficile dans le secteur manufacturier de l'Eurozone : à 50,6 en décembre, l'indice PMI final Markit enregistre un niveau très légèrement inférieur à sa dernière estimation flash de 50,8... l'Euro en subit le contrecoup et rechute au contact des 1,20$.

Sur le plan des valeurs, Renault perd 1,05% et Peugeot -0,2%, dans le sillage des immatriculations de voitures particulières neuves en France qui ont chuté de 11% en décembre 2014 par rapport au même mois de 2013.

Peugeot a vu ses ventes de voitures particulières neuves replonger de 9,6% par rapport à la même période un an auparavant, à 42.267 immatriculations (-21% pour la filiale Citroën, et pratiquement -36% sur la gamme 'DS'). Renault a su tirer son épingle du jeu, ayant de son côté vu ses ventes croître de 5,5%, malgré le recul de -18,2% des ventes de Dacia.

Le CAC40 a été soutenu par Société Générale (+1,05%) et Crédit Agricole (+1,3%) puis BNP-Paribas (+0,35%), aidés par des propos offensifs de Mario Draghi, le président de la BCE, dans une interview au quotidien économique allemand Handelsblatt (la date du 22/01 pour lancer un 'QE' semble pourtant prématurée vue l'échéance électorale du 25 janvier en Grèce).

Parmi les titres en hausse du SBF120, Soitec (+5%) et Areva (+4,75%) se distinguent grâce à des ramassages à bon compte, après avoir essuyé parmi les plus lourds dégagements l'année dernière.
Côté repli au sein du CAC40, on retrouvait des défensives comme Essilor qui perd -1,8%, L'Oréal et Air-Liquide -1,35% (ces titres trustaient au contraire le podium des plus fortes hausses vendredi).

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance