BFM Patrimoine

Paris: +2,5%, scénario d'octobre sans précédent à W-Street.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - A 90 minutes du coup de cloche final, le Dow Jones (+1% à 17.370Pts) semble filer tout vers un nouveau zénith absolu de clôture. En ce qui concerne le record historique, il a été pulvérisé haut la main à 17.396Pts... et

(CercleFinance.com) - A 90 minutes du coup de cloche final, le Dow Jones (+1% à 17.370Pts) semble filer tout vers un nouveau zénith absolu de clôture.

En ce qui concerne le record historique, il a été pulvérisé haut la main à 17.396Pts... et le S&P500 va devoir batailler un peu pour en terminer au-dessus des 2.011Pts (avec un gain de +0,9% à 2.012, cela semble également bien parti).
En ce qui concerne le Nasdaq, le record annuel des 4.610 a été pulvérisé dès l'ouverture ce vendredi (4.642 au plus haut)... mais un autre record est encore plus impressionnant: le Nasdaq vient d'aligner sa plus forte hausse en 11 séances depuis mars 2009.
En ce qui concerne un rebond de +12,5% survenant à proximité d'un zénith de long terme, c'est tout simplement une grande première historique, un pur 'golden swan' (par opposition au 'blacks swann' associé à un scénario baissier.

La Bourse de Paris n'a pu en terminer au plus haut du jour (4.246Pts) mais le CAC40 conservait une avance de +2,22% à 4.233Pts et réalise une performance hebdomadaire de +2,5% qui réduit la perte du mois d'octobre à -3% contre -13% deux semaines auparavant lorsque l'indice tutoyait les 3.800Pts.

Le discours complètement noir des stratèges et des analystes techniques s'est complètement renversé en seulement 2 semaines avec des anticipation de 4.600 à 5.000Pts sur le CAC40 pour la fin de l'année... alors qu'une correction jusque 3.600Pts ralliait tous les suffrages il y a 15 jours (vu la triste conjoncture qui sévit en Europe et l'état du système bancaire chinois).
L'Euro-Stoxx (+2,55%) termine au-dessus des 3.113Pts (et plus forte hausse hebdomadaire pour l'E-Stoxx600 depuis décembre 2013).

La survolatilité des marchés ne semble troubler personne: une chute de -10% suivie d'un rebond de +11% (et même +15% pour le 'Dow Transport') au sein d'un même mois boursier, c'est devenu un comportement 'normal'.

Et les opérateurs se félicitent que les banques centrales multiplient les déclarations et injectent des liquidités (pour l'exprimer plus clairement, elles fixent souverainement les prix des actifs et ne s'en cachent pas): il s'agit de l'abolition pure et simple de la vocation d'un 'marché' à fixer une 'juste valeur'... mais ce n'est pas grave puisque les cours montent.

Cette séance de vendredi avait en effet débuté par un véritable 'krach à la hausse' de Tokyo, qui jamais depuis 30 ans n'avait gagné +5% à proximité d'un sommet de phase haussière moyen/long terme.

La banque du Japon qui a échoué à relancer la croissance malgré l'injection de 60.000Mds de Yen décide d'en rajouter 33% de plus à 80.000Mds de Yen (soit 48MdsE par mois, ou près de 60Mds$).
L'impression monétaire par la Banque du Japon (BoJ) semble prendre fort opportunément le relai d'une Fed qui a mis ce mercredi un point final au 'QE3'.

En plus du coup de 'booster' de la BoJ, les chiffres du jour ont soutenu la tendance 'bull': contre toute attente, l'activité économique dans la région de Chicago a fortement accéléré (à 66,2 contre 60,5) au mois d'octobre, si l'on en croit l'enquête mensuelle réalisée auprès des directeurs d'achats locaux.
L'indice de confiance du Michigan grimpe vers 86,9 contre 84,6 en septembre (un score de 86,4 était anticipé).

Les revenus des ménages américains ont augmenté de 0,2% le mois dernier alors que les économistes anticipaient en moyenne une progression de 0,3%, comme en août.

Leurs dépenses ont quant à elles diminué de 0,2% en septembre, là où le consensus espérait une hausse de 0,1%, après une augmentation de 0,5% le mois précédent.

En France, les opérateurs ont pris connaissance d'une baisse de 0,8% des dépenses de consommation et d'une hausse de 0,5% des prix producteurs en septembre (au Japon ce matin, une chute de -5,6% de la consommation a été mesurée en septembre, c'était le 6ème mois de repli consécutif !).

Sur le plan des valeurs, les bancaires sont aux avant postes: BNP Paribas prend 3,45%, salué pour la publication d'un résultat net part du groupe ajusté en hausse de 12,5% de 1.730 millions d'euros pour son troisième trimestre... et dans son sillage, Sté Générale prend +3,4%.
La hausse du Dollar vers 1,2490E dope Airbus (+3,7%), Schneider (+3,6%) puis Renault +3,55%.

Hors CAC40, Peugeot s'envole de +4,8% suite à une recommandation favorable.

De même, Ubisoft prend la tête du SBF120 avec un gain de 8%, l'éditeur de jeux vidéo ayant confirmé ses objectifs annuels après une hausse de près des deux tiers de chiffre d'affaires du premier semestre comptable.
Eurofins finit second avec +5,6%.

La communauté financière salue aussi la publication du cabinet de conseil Altran (+3,8%), mais sanctionne celles des opérateurs de satellites Eutelsat (-1,2%) et surtout SES (-3,15%).

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance