BFM Patrimoine

OL Groupe: une deuxième place saluée en Bourse

Helder Costa, tête basse, après l'un des buts lyonnais

Helder Costa, tête basse, après l'un des buts lyonnais - AFP

"L'action d'OL Groupe s'envole en Bourse après la qualification pour la prochaine Ligue des champions de football de l'Olympique Lyonnais. Une participation à la reine des compétitions européennes qui pourrait rapporter gros."

Après la large victoire (6-1) samedi soir contre l’AS Monaco, synonyme de qualification directe pour la prochaine Ligue des Champions pour les hommes de Bruno Génésio, les supporters de l’OL peuvent avoir le sourire. Et ils ne sont pas les seuls. Les investisseurs participent également à la fête ce lundi, l’action d’OL Groupe, la holding qui chapeaute l’Olympique Lyonnais, s’affichant parmi les plus fortes hausses de la cote parisienne, gagnant plus de 7,5% à 3,25 euros (+12,5% au plus haut de la séance).

Il faut dire qu’une qualification pour la compétition reine en Europe générerait d’importants revenus. En effet, malgré une campagne européenne 2015-2016 calamiteuse, ponctuée d’une dernière place dans son groupe de qualification, le club présidé par Jean-Michel Aulas avait tout de même amassé pas moins de 40 millions d’euros (droits TV, marketing, billetterie). Une manne financière importante qui permettra au club de rester compétitif en tentant de garder ses éléments les plus convoités, comme Fékir ou Lacazette.

Un budget attendu autour de 250 millions

Car à terme, l’objectif du club sera de développer les recettes commerciales. Ainsi, la billetterie, qui générait plus de 11 millions d’euros de revenus en 2014-2015, devrait nettement augmenter après la clôture des comptes en juin, en lien avec la hausse de la capacité du stade (près de 20.000 places supplémentaires) et avec l’explosion du nombre de loges (+476%), très prisées par les entreprises.

S’il est encore difficile de quantifier l’impact économique de ce nouveau stade, le président de l’OL estimait à l'occasion de son ouverture que le chiffre d'affaires serait pour la saison 2015-2016 compris entre 180 et 200 millions d’euros après six mois de vie dans le Parc OL. Pour se situer "autour de 250 millions" à plus ou moins long terme. Un développement commercial qui permettra également de redonner de l'attractivité au titre en Bourse.

Car si l’action va mieux depuis le début d’année, affichant une progression exceptionnelle de près de 60% dans un marché parisien qui cède 6,5%, elle reste néanmoins très loin de son prix d'introduction de 24 euros en février 2007. À l’époque, la société était valorisée à près de 312 millions d’euros, soit plus de 2 fois sa valeur actuelle (150 millions d’euros). 

Sami Bouzid