BFM Patrimoine

Morning Briefing: retour à la case depart…

Une vraie dégringolade hier du côté de Wall Street, qui sera intervenue pendant la tout dernière heure de cotations.

Une vraie dégringolade hier du côté de Wall Street, qui sera intervenue pendant la tout dernière heure de cotations. - Spencer Platt - Getty Images North America - AFP

Rechute violente de Wall Street hier, forte baisse à Tokyo ce matin et ouverture difficile attendue à Paris. Tous les ingrédients sont de nouveau là pour prévoir une journée difficile et volatile sur les marchés aujourd’hui.

Tendance et catalyseurs

Le CAC40 est demandé en baisse de 79 points à 4.312 (Calls IGMarkets). Les montagnes russes continuent, et au vu de ce qui s'est passé à Wall Street hier soir, on s'oriente sans doute vers un début de journée compliquée. Le S&P500 a perdu 2,5%, -3,4% pour le Nasdaq, sous les 1.900 pts, pour la première fois depuis septembre dernier.

Et puis indicateur technique intéressant, le Russel 2000, l'indice extra-large des PME américaines, repasse en Bear Market, après avoir perdu 3,3% hier, -22% depuis ses plus hauts de juin. Et toute cette forte baisse a commencé sur la dernière heure de cotation, les investisseurs qui ont joué le rebond se sont ainsi fait prendre dans une nasse, un vrai "Bull Trap".

Et ce matin en Asie forte baisse du Nikkei, -2,68% en clôture, plutôt bien payée puisqu’on était à -4% à la reprise, après la pause-déjeuner. Le début d'année calamiteux se poursuit, à noter qu'au dernier décompte, sur l'ensemble des places boursières mondiales, on en est à un petit peu plus de 3.000 milliards de dollars de capitalisation boursière qui sont partis en fumée.

Valeurs

Pétrole

Le Brent, après un passage sous les 30 dollars, a réussi à se stabiliser autour du support, mais reste fragile. L’agence S&P réduit ses prévisions de cours pour l'année, à 40 dollars environ, contre 50 et un peu plus précédemment. Et révision encore plus forte encore pour 2017, à 45 dollars, alors que l'agence prévoyait 60 ou 65 à l’origine.

On est sur des niveaux de révisions à la baisse assez spectaculaires, qui devraient avoir un impact sur la note de crédit des grandes sociétés pétrolières dit S&P. Leur rentabilité est mise à rude épreuve, et il faut donc s’attendre à des dégradations prochainement.

EDF /Areva

Les deux groupes e sont mis d'accord autour de la valorisation de l'activité réacteurs d'Areva, à 2,5 milliards d'euros. A ce niveau a priori l'État devrait verser à la nouvelle structure Areva NP autour de 4 milliards d’euros au total.

Mercialys

Les revenus locatifs 2015 sont en hausse de 10,6% à 168 millions d'euros. La fréquentation des centres commerciaux sur l'année est en progression d’1,9%. À noter une baisse de 4,7% sur le mois de novembre avec les attentats de Paris, mais une reprise de 0,7% en décembre.

Casino

Le chiffre d’affaires du groupe est en baisse 11,2% au quatrième trimestre 2015, mais de 0,3% à taux de change constant. Les ventes en hypermarchés français progressent de 2,7% sur la période. Les objectifs financiers sont confirmés.

Saint Gobain

JPMorgan reprend son suivi du titre avec une opinion à surpondérer, et un objectif de cours de 42 euros.

Scor

Goldman Sachs rehausse son conseil de neutre à achat.

Total

UBS relève sa recommandation de neutre à achat, l’objectif de cours est ajusté de 42 à 44 euros.

Cap Gemini

UBS passe de neutre à achat, objectif de cours remonté de 89 à 92 euros.

Antoine Larigaudrie