BFM Patrimoine

Morning Briefing : reprise difficile, mais dans le calme

Lourde ambiance ce matin pour la reprise des cotations à la Bourse de Paris, après les attaques terroristes de vendredi. Malgré une ambiance négative, le marché devrait garder son sang froid.

Lourde ambiance ce matin pour la reprise des cotations à la Bourse de Paris, après les attaques terroristes de vendredi. Malgré une ambiance négative, le marché devrait garder son sang froid. - Eric Piermont - AFP

Les marchés financiers prennent mesure de l'impact des attentats terroristes de vendredi soir à Paris. On attend une baisse marquée sur les marchés européens ce matin, mais sans atmosphère de panique.

Tendance

Le CAC40 est attendu en repli de plus de 2%, demandé à 4.690 points (Calls IGMarkets). L'ouverture s'annonce largement baissière aussi sur l'ensemble des marchés européens, avec des futures américains orientés à la baisse.

Tokyo a terminé sur un repli d'1,04%

L'euro bouge peu à 1,0728 dollars.

Catalyseurs

Sans surprise, le marché s'est mis en ordre de bataille pour une phase d'aversion au risque. La France est en état d'urgence, la riposte aux attentats de vendredi se traduit par des frappes importantes sur des objectifs de l'Etat Islamique en Syrie, on est donc (comme affiché par le Gouvernement Français) dans une logique de guerre. Et les marchés financiers l'ont pris comme tel, avec des mécanismes connus et éprouvés.

Le pétrole remonte, plus de 44 dollars pour le baril de Brent (on avait terminé à 41,6 dollars au fixing vendredi). Parallèlement, on a le prix de l'once d'or fin qui remonte, après quatre séances de baisse consécutives, à 1092 dollars l'once. Les rendements ont tendance à se détendre sur le marché obligataire en Asie, et ça devrait être le cas en Europe ce matin, on va se replier sur les obligations souveraines.

Un marché d'aversion au risque assez bien établi et éprouvé, mais qui d'avis d'analyste ce matin en Asie, ne devrait être que de courte durée. Pour les jours à venir, les investisseurs vont avoir l'oeil sur une éventuelle intensifications des frappes en Syrie, mais fort peu de chance qu'on s'achemine vers une baisse massive des marchés et à des mouvements de vente-panique. Les boursiers continueront bien sûr à se focaliser sur l'action des banques centrales, qui reste le coeur des marchés financiers pour le moment.

Un facteur macro-économique important, le Japon est en récession sur le trimestre écoulé, ce qui va continuer à alimenter le débat sur les capacités d'actions des banques centrales pour soutenir l'économie, surtout pour le Japon qui s'est lancé dans la politique la plus massive à ce niveau.

Valeurs

Dans ce marché d'aversion au risque et où réapparaît la prime de risque géopolitique, on suivra naturellement les secteurs du transport, de l'aérien et du tourisme qui pourraient souffrir du contexte ambiant. Peut-être faudra-t-il prévoir des mouvements de renforcement sur les valeurs de la défense, comme Thalès, Dassault Aviation ou Airbus, ou de la sécurité électronique comme Gemalto.

Sodexo 

Deutsche Bank passe de conserver à achat

Genfit 

Le groupe annonce l'entrée prochaine en étude de phase 3 de son médicament Elafibranor, pour le traintement de la maladie NASH. Elle devrait être effective ce trimestre, et une mise sur le marché pourrait intervenir plus tôt que prévu, sur la base d'analyses intermédiaires.

Enfin, à noter qu'une minute de silence sera observée sur le floor du New York Stock Exchange cette après-midi à 15h avant l'ouverture des cotations.

Antoine Larigaudrie