BFM Patrimoine

Morning Briefing: les marchés ballottés entre FED et résultats

Les investisseurs seront encore dans l'attente du comité de politique monétaire de la FED, avec rendu de décision demain. De l'attentisme à prévoir sur les marchés d'ici là.

Les investisseurs seront encore dans l'attente du comité de politique monétaire de la FED, avec rendu de décision demain. De l'attentisme à prévoir sur les marchés d'ici là. - Andrew Burton - Getty Images North America - AFP

Les marchés jouent la prudence avant la réunion du comité de politique monétaire de la FED qui commence ce mardi soir, avec rendu de décision demain. Et face à l'importance du catalyseur que constitue les politiques monétaires, les investisseurs préfèrent prendre des bénéfices. L'indécision devrait demeurer ce matin, même si un petit rebond n'est pas à exclure en matinée.

Tendance

Le CAC40 est demandé à 4.894 points ce matin, en baisse de 5 points, après un repli de 0,54% lundi. Petit regain de prudence légitime, après la forte hausse de la semaine dernière, et notamment les près de 5% de gains sur les deux séances précédentes, qui se sont enchaînées avec des volumes bien supérieurs à la moyenne, au-delà des 5 milliards d'euros d'actions négociées. Là les volumes sont redescendus hier du côté des 3 milliards, preuve qu'on est sur une simple petite phase de digestion.

Même ton du côté de Wall Street avec un S&P500 qui a reculé de 0,19% lundi soir, et des places asiatiques en baisse ce mardi, à Tokyo l'indice Nikkei a terminé en baisse de 0,9%.

Catalyseurs

Même si globalement les économistes et les analystes ne croient pas à la moindre décision en matière de taux (pas de conférence de presse pour cette réunion), tous les commentaires de la FED vont être décortiqués pour savoir si, oui ou non, il reste une chance que les taux soient remontés avant la fin de l'année.

Pour la majeure partie des investisseurs, a priori très peu de chances désormais, tant l'ensemble des banques centrales mondiales sont dans un cycle d'assouplissement supplémentaire, aussi bien la BCE que la banque centrale chinoise.

Mais avant le rendu de décision et les commentaires de la FED demain soir, a priori les marchés devraient rester dans une posture prudente, tout à fait légitime après les gains accumulés à court terme.

Valeurs

Beaucoup de publications d'entreprises à arbitrer un peu partout.

AXA

Le chiffre d'affaires des 9 premiers mois de 2015 est en hausse de 9% à 76 miliards d'euros, mais à noter une décollecte assez nette en gestion d'actifs, due en grande partie aux turbulences boursières de fin août. On est passé de 35 milliards en collecte nette à fin juin à 32 milliards fin septembre. Malgré tout, le groupe reste optimiste, et se dit confiant dans ses capacités a passer aux nouvelles normes de solvabilité des assureurs début 2016.

Le secteur de la chimie sera à suivre, avec notamment BASF. Le géant allemand est obligé de réduire ses prévisions de résultats annuels, à cause de la mauvaise conjoncture dans les pays émergents et en Chine. Performances beaucoup plus encourageantes du côté d'Air Liquide, avec un chiffre d'affaires du 3ème trimestre en hausse de 4,6% à 4 milliards d'euros, mais là notamment grâce aux pays émergents ! Les objectifs sont maintenus. Enfin, à noter, les résultats de Dupont de Nemours, attendus cet après-midi à Wall Street.

Beaucoup d'autres publications sont prévues toute la journée, entre le secteur médical avec Novartis et Merck, le pétrole avec BP, les télécoms avec KPN, sans compter Apple et Twitter ce soir... avec dans l'intervalle aussi les publications trimestrielles d'Alten, Gorgé, Ford ou encore UPS.

Groupe Fnac

Suite du feuilleton Darty, qui demande un délai supplémentaire pour examiner l'offre, et qui souhaite une part de cash, alors que la proposition de la FNAC repose uniquement sur des échanges de titres. 

Vivendi

Le mystère demeure sur les intentions du groupe concernant Ubisoft et Gameloft, puisque Vivendi déclare ne pas exclure ni une montée au capital supplémentaire des éditeurs de jeux de la Famille Guillemot, ni même une prise de contrôle.

Antoine Larigaudrie