BFM Patrimoine

Morning Briefing : le CAC 40 digère, le pétrole a le hoquet

Après 7% de gains cumulés sur 6 séances, le marché devrait logiquement prendre quelques bénéfices ce matin, dans le sillage de cours du pétrole et des matières premières encore très volatils.

Après 7% de gains cumulés sur 6 séances, le marché devrait logiquement prendre quelques bénéfices ce matin, dans le sillage de cours du pétrole et des matières premières encore très volatils. - Eric Piermont - AFP

Après avoir accumulé plus de 7% en 6 jours, le CAC40 devrait faire une pause. Les cours des matières premières, pétrole et minerais, redevenant le premier catalyseur de tendance à tous les niveaux.

Tendance

Le CAC40 est demandé en baisse de 28 points ce matin, à 4.271 (Calls IGMarkets). Hier, la première journée de la semaine s'est terminée sur une hausse de 1,79%, à 4.298 points après avoir même dépassé les 4.300 en séance.

On revient sur les niveaux du début du mois, sur des volumes un peu maigres à 3 milliards d’euros, mais une belle pente ascendante sur la matinée, et on tient le niveau à la cloche. Le gain cumulé sur six séances s’élève à 7,4%.

A Wall Street, le S&P500 a pris 1.45% en clôture, suivant la tendance des marches européens. Mais l'Asie commence à repasser dans le rouge (-0,37% pour l’indice Nikkei en clôture ce matin à Tokyo), et on s’oriente sans doute vers une nouvelle phase de prise de profits à court terme.

Catalyseurs

Les matières premières ont été la thématique d’hier et le resteront aujourd’hui. Avec déjà le pétrole, bien remonté au-dessus des 30 dollars pour le WTI hier, on a même passé les 33 dollars. Mais on redescend ce matin vers 31, on remonte au-dessus des 32... Il y a donc encore beaucoup de volatilité.

La raison de cette brusque hausse, c'est avant tout le dernier rapport de l'Agence Internationale de l'Energie, parlant maintenant des premiers effets sensibles d'une stabilisation de la production mondiale, et d'un début de baisse de la production côté américain pour le gaz de schiste. Le nombre de puits en activité n’a jamais été aussi bas depuis décembre 2009, ce qui, selon les prévisions de l'Agence, pourrait provoquer si les tendances demeurent sur le long terme, une forte reprise des cours, avec un objectif de 80 dollars le baril à horizon 4 ans.

L’Agence qui met en garde également contre un désinvestissement trop fort et trop massif de la part des grandes majors. Il faut conserver un niveau équilibré d'investissements pour faire face à ce qui va être une phase de réadaptation, et de fin de la situation de sur-approvisionnement du marché… et si ce n’est pas le cas, de marché surabondant, on pourrait enchaîner rapidement sur une situation de… pénurie !

A noter une très forte hausse aussi des cours des matières premières minières, notamment le minerai de fer (+11% depuis la semaine dernière), le cuivre aussi, avec une forte hausse dans le sillage de tous les grands métallurgistes, industriels et secteurs liés cotés. Nexans, spécialiste des câbles de cuivre a pris 8,3% Arcelor +7,4%, Eramet +4,9%, Imerys +2%.

Rebond technique des cours, alimentés aussi par l'espoir que les autorités chinoises s'attaquent de front à une des vraies problématiques industrielles de ces derniers mois, une vraie évaluation plus juste des stocks et de la demande. De quoi alimenter une reprise sur ces secteurs à court terme, même si tout cela reste très volatil.

A noter que le numéro 1 mondial de la mine, BHP Billiton, a décidé d'une baisse de 75% de son dividende intermédiaire, c'est une première depuis 1988, face à la chute des cours... qui ont provoqué des pertes sur le 1er semestre, de 5,7 milliards de dollars.

Valeurs

Total

S&P abaisse la note de crédit long terme à A+/A-1, avec une perspective négative, craignant une poursuite de la baisse de la rentabilité du groupe, si les cours du pétrole s’installent sur les niveaux actuels à long terme.

Thales

Le résultat net du groupe bondit de 44% à 809 millions d’euros, prises de commandes records à 18,9 milliards d’euros, et progression de 21% du dividende. Le groupe revoit à la hausse ses prévisions de croissance moyenne sur les 2 prochaines années, pariant sur une croissance organique de 5%.

Danone

Le groupe signe un bénéfice net en hausse de 7,4% en 2015 à 1,2 milliard d’euros, pour un chiffre d’affaires de 22 milliards d’euros, en hausse de 4,4%. Le dividende est d’1,6 euro, en hausse de 6,7%. Danone parie pour cette année sur une croissance de 3 à 5%, et une progression solide de sa rentabilité.

Icade

La foncière a annoncé une perte nette de 207 millions d'euros sur 2015, alourdis par une dépréciation de 470 millions sur son portefeuille immobilier.

Antoine Larigaudrie