BFM Patrimoine

Metro: où va le distributeur allemand?

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - En Bourse, où va le distributeur allemand Metro, bien connu pour ses magasins de gros Cash & Carry, mais aussi ses enseignes spécialisées Saturn et MediaMarkt ? En hausse de 29% depuis le début de l'année, l'action cote

(CercleFinance.com) - En Bourse, où va le distributeur allemand Metro, bien connu pour ses magasins de gros Cash & Carry, mais aussi ses enseignes spécialisées Saturn et MediaMarkt ? En hausse de 29% depuis le début de l'année, l'action cote environ 32,6 euros à ce jour. Revue de l'actualité récente et des opinions de deux courtiers.

Si la 'guerre des prix' prévaut toujours au Royaume-Uni, où J Sainsbury vient d'ailleurs d'accuser sa première perte en dix ans, la situation est moins tendue sur le continent. En outre, l'anticipation d'une accélération de la reprise européenne se propage progressivement, et semble d'ailleurs confortée par de nombreuses statistiques récentes. Ce qui devrait, in fine, soutenir les dépenses de consommation.

Hier justement, Metro AG a fait état, au 2e trimestre de son exercice décalé 2014/2015, d'une croissance organique de ses ventes de 2,5% : soit du jamais vu pour un premier trimestre depuis sept ans, selon la direction, ainsi qu'un taux supérieur aux attentes du consensus comme à celui du premier trimestre (+ 2,1%). Les enseignes MediaMarkt et Saturn ont en effet accéléré sensiblement à 5,2%, Cash & Carry progressant de 1,1%. Le groupe, qui a réduit sa dette nette de 800 millions d'euros, a de plus confirmé ses prévisions.

Or le consensus prévoit une légère baisse du bénéfice par action 2014/2015 à 1,74 euro, ce qui paraît plutôt conservateur en regard de celui du 1er semestre (1,16 euro). Tout comme la prévision de croissance organique annuelle de la direction, qui n'attend qu'une 'légère accélération' par rapport au taux constaté en 2013/2014 (+ 0,1%).

Les analystes de Natixis constatent d'ailleurs que le résultat opérationnel, quoi qu'en baisse, s'avère très au-dessus des anticipations. Ils estiment en conséquence que les acteurs de marché, trop prudents jusqu'alors, pourraient revoir à la hausse leurs prévisions pour l'exercice en cours de 4 à 6%, et ainsi tirer le titre vers le haut. A l'achat sur la valeur, Natixis vise une cible de 39 euros.

Son de cloche radicalement chez Société Générale, qui est passé à la vente sur le titre le 14 avril dernier, quoi qu'en relevant la cible de 25 à 28 euros. Selon les spécialistes, l'exposition de Metro au marché russe, l'un des plus rentables avant la crise, ne doit pas être sous-estimée alors que le concurrent Magnit se montre agressif. Les analystes se méfient également de l'amélioration de tendance de MediaMarkt/Saturn. Enfin, l'historique récent de la direction ne les incite pas à l'optimisme.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.

Cercle Finance