BFM Patrimoine

Marché: Paris et Francfort sous-performent en Europe.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Perturbées par les propos de la présidente du FMI Christine Lagarde, les marchés actions européens continuent de nettement céder du terrain à l'approche de la clôture, ce malgré une nouvelle estimation de la croissance a

(CercleFinance.com) - Perturbées par les propos de la présidente du FMI Christine Lagarde, les marchés actions européens continuent de nettement céder du terrain à l'approche de la clôture, ce malgré une nouvelle estimation de la croissance américaine au premier trimestre un peu moins pire que prévu.

Peu après 16h30, le Footsie 100, le Footsie MIB (Milan) et le SMI cèdent respectivement 0,2, 0,3 et 1%. L'AEX (Amsterdam) et l'Ibex 35 (Madrid) reculent quant à eux de 1%, tandis que le Dax et le CAC 40 abandonnent 1,8 et 2%.

Les intervenants semblent toujours déconcertés après la petite bombe lâchée par Christine Lagarde au quotidien allemand Frankfurter Allegemeine Zeitung (FAZ) en marge d'une réunion des ministres des Finances du G7 à Dresde (Allemagne). 'La sortie de la Grèce (de la zone euro) est une possibilité', a en effet déclaré la présidente du FMI, alors que dans le même temps les décideurs européens répètent à l'envi que la place de la Grèce est dans ladite zone et qu'il n'existe pas d'alternative.

Entre démentis et autres informations contradictoires de partenaires européens et de créanciers internationaux, entre les assertions rassurantes de l'exécutif grec selon lequel un accord serait sur la table, en passe d'être conclu, et les mises en garde de l'ex-ministre de l'Economie de François Fillon, les opérateurs ne savent plus sur quel pied danser, ni à quel saint se vouer.

'On peut s'attendre à ce que de nombreux gros titres à propos de ce dossier amènent à de la volatilité au cours des prochaines semaines, alors que 1,6 milliard d'euros doit être remboursé sous forme de quatre tranches', anticipe Stan Shamu, stratège de marché chez IG.

Fondamentalement anxiogène et source de volatilité, le dossier grec prend donc une nouvelle fois beaucoup de place pour cette dernière séance de la semaine. Il élude même les indicateurs macroéconomiques américains du jour.

On signalera tout de même que le produit intérieur brut (PIB) de la première économie mondiale a reculé de 0,7% en rythme annualisé au premier trimestre, selon une deuxième estimation du Département du Commerce. Pour rappel, le Département du Commerce avait d'abord fait état d'une timide progression de 0,2%, mais Wall Street anticipait une baisse à un rythme plus proche de 1%.

Le baromètre PMI qui mesure l'activité industrielle dans la région de Chicago a en revanche chuté de 6,1 points en séquentiel ce mois-ci à 46,2 points, basculant donc sous le seuil d'équilibre, situé à 50 points, alors que les économistes escomptaient au contraire une légère hausse autour de 53 points.

Originellement annoncé à 88,6 points, l'indice du sentiment des consommateurs américains mesuré par l'Université du Michigan a pour sa part progressé de 2,1 points en seconde estimation en séquentiel en mai, à 90,7 points, après 95,9 points en avril et contre un consensus autour de 89 points.

Sur le plan des valeurs, aucune entreprise du CAC 40 n'évolue dans le vert, ce qui est assez rare pour être souligné.

A Milan, l'introduction en Bourse (IPO) du torréfacteur italien Massimo Zanetti Beverage Group, dirigé par Massimo Zanetti et détenteur de nombreuses marques dont Segafredo, Boncafé, Philtre d'Or ou encore Chase & Sanborn, se précise. La fourchette de prix indicative, qui était initialement comprise entre 11,6 et 15,75 euros, a été franchement resserrée vers le bas et varie maintenant de 11,6 à 12 euros.

Enfin, Statoil, la 'major' pétro-gazière contrôlée par l'Etat norvégien, s'est vu attribuer 4 licences dans le bassin de Sandino, au large de la côte Pacifique du Nicaragua. Il s'agit d'une première pour le groupe , qui n'était jusqu'alors pas présent dans ce pays.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance