BFM Patrimoine

Marché: le '10 ans' US s'installe au-dessus des 2,00%.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Les Bunds se sont légèrement dégradés (+2Pts de base à 0,31%) alors que le PIB allemand affichait un surprenant +0,7% au 4ème trimestre (contre +0,3% attendu) et +1,6% en rythme annuel, à comparer aux +0,4% de la France (

(CercleFinance.com) - Les Bunds se sont légèrement dégradés (+2Pts de base à 0,31%) alors que le PIB allemand affichait un surprenant +0,7% au 4ème trimestre (contre +0,3% attendu) et +1,6% en rythme annuel, à comparer aux +0,4% de la France (et +0,1% au T4).

Les OAT restaient quasi inchangées à 0,63% après avoir connu une très faible volatilité tout au long de la semaine.

Nette embellie pour les 'bonos' et les 'BTP' italiens qui se sont détendus de 4Pts de base à 1,56 et 1,59% respectivement... nullement contaminés par des taux courts grecs qui flirtent avec les 20% (c'est tout théorique, à ces niveaux, il n'y a plus de transactions depuis les élections grecques) tandis que le '10 ans' reste accroché à la barre des 9% (symptôme d'une situation de défaut dont chacun -de Bruxelles à Berlin- tente de repousser l'échéance).

Pour en revenir à des considérations plus souriantes, la PIB de l'Eurozone a progressé de 0,3% en séquentiel au quatrième trimestre (estimation flash ; de +0,4% dans l'Union Européenne), grâce essentiellement à l'Allemagne.

'Les perspectives à court terme sont plutôt positives', se réjouit-on dans les rangs de BNP Paribas, qui souligne par ailleurs que 'les indices de confiance ont progressé au mois de janvier, ce qui laisse présager que la reprise pourrait s'accentuer au premier trimestre', ajoute la banque.

Pour autant, les variations diffèrent une nouvelle fois assez nettement selon les Etats membres: le Nord affiche sa confiance et ses excédents commerciaux, le Sud rétablit ses excédents primaires, mais grâce à l'effondrement des importations lié à une consommation en berne.

Aux Etats Unis, les prix à l'importation ont plongé de 2,8% en janvier, après avoir diminué de 1,9% en décembre 2014 (-2,5% en estimation initiale).

Les économistes anticipaient un repli de l'ordre de 3,2% le mois dernier. L'indice du sentiment des consommateurs américains mesuré par l'Université du Michigan ('UMich') est ressorti à 93,6 en estimation préliminaire pour le mois de février, alors que les économistes l'attendaient à 98,5 après les 98,1 affichés en janvier.

Avec plusieurs mauvais chiffres publiés la semaine dernière puis une faiblesse de la consommation en décembre et en janvier, des experts estiment que la FED devrait repousser l'horizon d'une 'normalisation' de sa politique monétaire, au moins jusqu'à l'automne et maintenir dans ses communiqués son engagement à faire preuve de 'patience'.

Mais un T-Bond ancré depuis quelques jours au-dessus des 2,00% semble prouver que tout le monde ne partage pas l'avis que le risque déflationniste et la modération salariale justifient de repousser éternellement un rapprochement des taux directeurs avec la hausse du PIB.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance