BFM Patrimoine

Marché: la déprime règne en maitre.

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - La déprime règne en maitre au sein des Bourses européennes, alors que les troubles au Moyen-Orient se combinent à des sujets d'inquiétude proprement financiers, allant des niveaux de valorisation à l'incertitude à propos

(CercleFinance.com) - La déprime règne en maitre au sein des Bourses européennes, alors que les troubles au Moyen-Orient se combinent à des sujets d'inquiétude proprement financiers, allant des niveaux de valorisation à l'incertitude à propos de la politique de la Fed.

Amsterdam et Milan abandonnent 2%, Lisbonne 1,9%, Zurich 1,7%, Londres et Bruxelles 1,6%, Francfort 1,2%, Madrid 1,1% et Paris 1%. A New York, le Dow Jones cède encore 0,1% et le Nasdaq 0,2%.

La géopolitique du Moyen-Orient redevient une source de préoccupation majeure, alors que l'Arabie Saoudite - alliée à d'autres monarchies du Golfe - a lancé une campagne de frappes aériennes au Yémen contre la milice chiite des Houthis.

'A court terme, le signal des prises de bénéfices semble donné', jugent les équipes de Barclays Bourse. 'Les marchés rentrent dans une phase de consolidation tout à fait normale compte tenu de la forte hausse depuis le début d'année'.

'L'assouplissement quantitatif a porté les valorisations globales des actions à des niveaux insoutenables', renchérit Tony Cross, chez Trustnet Direct. 'Il semble aussi qu'Athènes pourrait se trouver à court d'argent vers le week-end de Pâques'.

De plus, les dernières statistiques américaines pourraient conforter les membres de la Fed partisans d'une hausse de taux : les inscriptions aux allocations chômage ont ainsi baissé de 9.000 à 282.000 la semaine dernière.

De même, l'indice PMI 'flash' de Markit pour les services aux Etats-Unis s'est établi à 58,6 pour le mois de mars, à comparer à 57,1 en février, une progression traduisant donc une accélération de la croissance de l'activité dans le secteur.

'Si les piètres données économiques du premier trimestre tiendront à distance une hausse de taux de la Fed dans les mois à venir, les indices PMI renforcent l'hypothèse d'une première hausse en septembre', prévient Chris Williamson, chief economist chez Markit.

Du côté des valeurs, adidas limite la casse à Francfort avec un retrait de 0,2%, le fabricant d'articles de sports ayant prévenu, à l'occasion d'une réunion avec les investisseurs, que ses bénéfices devraient croître plus vite que son chiffre d'affaires d'ici à 2020.

Bayer recule de 1,7%, délaissé après une dégradation de recommandation chez UBS de 'achat' à 'neutre', même si le broker a relevé son objectif de cours de 137 à 148 euros sur le titre du groupe de chimie pharmacie.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance