BFM Patrimoine

Malgré les risques, les marchés actions ont toujours le vent en poupe

Europe, mais surtout etats-Unis et même Chine.. Malgré la très forte hausse du facteur risque, les investisseurs privilégient toujours le marché actions, même au milieu de turbulences très inquiétantes.

Europe, mais surtout etats-Unis et même Chine.. Malgré la très forte hausse du facteur risque, les investisseurs privilégient toujours le marché actions, même au milieu de turbulences très inquiétantes. - Spencer Platt - Getty Images North America

Grèce, Chine et Amérique… autant de dossiers ultra-chauds qui devraient inciter les investisseurs à la plus grande prudence. Et malgré tout, le marché actions mondial reste privilégié par les grands gérants mondiaux, chiffres à l’appui.

Un pays européen au bord de l’asphyxie financière. Un marché qui subit un krach foudroyant. Et une locomotive économique mondiale qui connaît une reprise parsemée d’embûches. 3 sujets essentiels et systémiques au possible, qui n’ont pourtant pas découragé, du tout, les investisseurs à continuer d’acheter des actions, assurant aux marchés boursiers des supports pour l’instant à toute épreuve !

Et d’ailleurs les derniers chiffres hebdomadaires de la banque d’affaires américaine Merrill Lynch ont de quoi étonner. Déjà, une forte hausse générale des flux d’investissement positifs sur l’ensemble des marchés actions. Le tout en pleine incertitude tous azimuts et dans un contexte de forte volatilité et de hausse du facteur risque.

Ruée sur la Chine !

Mais les zones géographiques ont de quoi étonner. Car le principal bénéficiaire de ces flux sur la semaine écoulée est… la Chine !! Le marché le plus instable et le plus périlleux du moment ! Et avec forte conviction, car sur 25 milliards de dollars de flux sur l’ensemble des marchés actions mondiaux, 13 l’ont été sur le marché chinois, et via des ETF, des instruments financiers qui vont vraiment jouer sur la tendance générale des indices, sans faire de cas particuliers sur les valeurs, un vrai mouvement de masse.

Deux explications à cela. Déjà sur les séances extrêmement tumultueuses des semaines passées, où l’on a connu ni plus ni moins qu’un krach boursier très impressionnant, avec une baisse de 30% en 3 semaines, beaucoup de titres ont dû être suspendus de cotation tellement ils baissaient. Un des moyens pour les investisseurs de continuer à investir sur le marché chinois était d’acheter des instruments financiers indexés sur les indices du pays. D’où une vague d’achats assez considérable.

Marché ultra-encadré

Autre raison à cela, les mesures exceptionnelles qu’on pris les autorités de marché en Chine pour d’une part soutenir le marché, et ensuite l’assainir. Des restrictions et des interdictions de vendre des actions suivant les cas, des injections massives de liquidité, un véritable électrochoc pour ranimer un marché en perdition.

Résultat, à nouveau un marché sur lequel on a l’impression de ne plus pouvoir perdre, et l’assimilation du fait qu'il va être continuellement traversé par des bulles spéculatives, qui dégonfleront, se reformeront, crèveront à nouveau plus ou moins violemment. Mais avec la conviction qu’il reste du potentiel, Goldman Sachs l’estime à 27% de gains supplémentaires dans les prochains mois.

Les Etats-Unis retrouvent du lustre

Cela dit, Merrill Lynch prévient que c’est une arme à double tranchant, car cela pouvant aussi tendre à prouver qu’on tente d’adosser un maximum de ces produits aux indices chinois… pour mieux pouvoir les vendre à découvert, ce qui est devenu une pratique quasiment illégale en Chine... Mais pas sur la marché totalement mondialisé des ETF.

Les autres chiffres sont plus étonnants. On reste par exemple sur un marché américain confronté à 2 gros sujets d'inquiétude : la future action de la Réserve Fédérale américains (la patronne de la FED Janet Yellen a bien redit ce week-end, au milieu du tumulte chinois et grec, que les taux américains allaient remonter à un moment ou un autre avant la fin de l’année), et une inquiétude croissante sur le niveau de valorisation des sociétés américaines cotées en bourse, jugé élevé, au milieu de la période de la publication de leurs résultats.

L’Europe un peu à la traîne… à très court terme.

Et malgré tout, contre toute attente, ce sont les actions américaines qui arrivent en 2e place des flux d’investissements positifs de la semaine écoulée, avec 10,7 milliards de dollars, le meilleur score depuis mars ! Preuve que les boursiers pensent que l’Amérique boursière reprend du lustre, sans doute en attendant que les choses se précisent et se tassent en Grèce.

D’ailleurs les actions européennes continuent d’attirer les capitaux, mais sur un rythme moins soutenu que d’habitude, 1,4 milliard de dollars sur la semaine écoulée. Mais on sent encore que sur un plus long terme, les actions européennes restent l’actif le plus attrayant, après 5 semaines de flux positifs consécutives, et un an de progression continue. Notamment grâce à un euro et des taux relativement calmes et résistants, et toujours un rapport risque-rendement ultra-positif.

Nul doute que l’accord signé entre Grèce et zone euro ce matin va être l’occasion de chiffres sans doute spectaculaires la semaine prochaine.

Antoine Larigaudrie