BFM Patrimoine

"Ma tante" se porte trop bien

BFM Patrimoine
Effet collatéral de la crise économique, le crédit municipal de Paris, alias "ma tante", connaît une forte affluence. Les prêts sur gage qu'il consent sont souvent l'un des derniers recours lorsque les banques n'accordent plus de crédit aux clients fragilisés.

Les déposants sont à 85 % des femmes qui ne parviennent plus à payer leurs frais médicaux ou diverses factures comme celle du garagiste. Le dépôt moyen se situe entre 1.500 et 2.000 euros. Signe de l'aggravation de la situation, les clients récupèrent les objets gagés après une période de deux ans, contre un peu plus d'un an avant la crise.