BFM Patrimoine

Lourde chute pour la Bourse de Paris, plombée par la Grèce

La Bourse de Paris débute mal l'année 2015

La Bourse de Paris débute mal l'année 2015 - Stéphane de Sakutin - AFP

Le CAC40 a terminé en forte chute ce lundi 5 décembre (-3,31%) à 4.127 points. L'indice parisien a été plombé par plusieurs dossiers dont la Grèce, la dégringolade de l'euro face au dollar ou encore la baisse des prix du pétrole.

La Bourse de Paris débute mal l'année 2015. Après une toute première séance, vendredi, sans grand relief (-0,48%) le CAC40 a essuyé un véritable gadin ce lundi 5 janvier. L'indice parisien a ainsi perdu 3,31% à 4.111 points.

La chute de la Bourse de Paris s'explique par un cocktail explosif. Pour Tangi Le Liboux, analyste chez Aurel BGC, le facteur déclenchant a été la baisse de l'euro face au dollar. Dans la nuit de dimanche à lundi, la monnaie unique est passée sous "le seuil psychologique" de 1,20 dollar pour un euro. Ce lundi la devise européenne s'échangeait à 1,1915 dollar. Des niveaux inédits depuis 2010.

Une baisse si brutale "n'est jamais bonne pour le marché et pèse sur toutes les classes d'actifs", fait valoir Tangi Le Liboux qui explique que cette chute a "incité les investisseurs américains à vendre des actions européennes", ce qui a ainsi pénalisé les indices européens dont le CAC40.

Le retour du dossier grec

Deuxième élément: le dossier grec, qui effraie plus que jamais les investisseurs. Dimanche, des informations relayées par le magazine allemand der Spiegel ont indiqué que le gouvernement allemand jugeait "inévitable" une sortie de la Grèce de la zone euro dans le cas où Syriza, le parti de la Gauche radicale, venait à diriger l'exécutif. Or cette formation est justement en tête des sondages dans l'optique des élections législatives, qui auront lieu le 25 janvier prochain.

Cette information de presse a notamment plombé les valeurs bancaires. Ainsi BNP Paribas a terminé en baisse de plus de 4,8%, vers 16h Crédit Agricole de plus de 4,5% et Société Générale de plus de 4,4%. La tension était également palpable à la Bourse d'Athènes qui a perdu près de 5%, à la clôture.

Le secteur des matières premières pénalisé

Enfin "tous les secteurs liés aux valeurs premières sont pénalisés par la baisse des prix du pétrole", observe Tangi Le Liboux, alors que le prix du baril est passé sous les 50 dollars à New York, une première depuis 2000. Pour preuve, Total, l'une des plus fortes capitalisations du CAC40, et Technip, une société parapétrolière, ont cédé respectivement -6% et -4,7%. 

"Plus généralement, les premières séances de l'année sont toujours un peu sportives", fait remarquer Tangi Le Liboux. Il rappelle que les investisseurs ont notamment en ligne de mire plusieurs grands rendez-vous dont la réunion de la Banque centrale européenne qui aura lieu le 22 janvier prochain.

Julien Marion