BFM Patrimoine

Livret A: la Banque de France propose un taux à 0,75%

La faible inflation est responsable de la baisse de la rémunération du livret A

La faible inflation est responsable de la baisse de la rémunération du livret A - Philippe Huguen - AFP

Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France propose de passer le taux de 1% à 0,75% à compter du 1er février prochain. Mais Bercy aura le dernier mot.

Le livret A devrait rapporter moins dès le 1er février prochain. Ce jeudi 15 janvier, Christian Noyer a proposé d'abaisser son taux à 0,75%, contre 1% actuellement.

Une baisse moins importante que prévu. le gouverneur de la Banque de France, le gouverneur de la Banque de France a en effet choisi de déroger à la formule de calcul de la rémunération du livret. En théorie il aurait dû appliquer la formule de calcul qui prend en compte l'inflation hors tabac sur un an augmentée de 0,25%. Et comme l'Insee évalue la hausse des prix à 0%, le résultat aurait été de 0,25%.

Mais le gouverneur de la Banque de France a choisi de ne pas respecter le calcul. "Je devrais proposer un taux plus bas. mais je veux tenir compte de la psychologie des épargnants", a-t-il expliqué sur Europe 1. "Il faut éviter qu'il y ait un mouvement trop brusque. Je pense que 0,75% c'est le bon équilibre", a-t-il poursuivi. 

Car dans le même temps "garder ce taux à 1% serait irresponsable. Cela tuerait la croissance", a plaidé Christian Noyer. 

La main passe à Bercy 

En prenant cette décision, Christian Noyer redonne toutefois la main à Bercy. La loi prévoit, en effet, que lorsque le gouverneur de la Banque de France décide de s'écarter de la formule, il doit faire une proposition au ministre de l'Economie qui choisit ainsi de suivre ou non sa recommandation. Il faudra donc attendre la décision de Bercy pour savoir quel sera le taux de rémunération du livret A au 1er février prochain.

61,6 millions de livrets 

A supposer que l'exécutif suive la proposition de Christian Noyer, ou abaisse davantage le taux, la rémunération du livret A passerait pour la première fois sous les 1% depuis la création du produit d'épargne, en 1818.

Outre le livret A, deux autres livrets réglementés seront concernés par la possible baisse de la rémunération: le livret de développement durable (LDD) ainsi que le livret d'épargne populaire (LEP), ce dernier étant réservé aux personnes disposant de revenus modestes (19.236 euros de revenus fiscaux pour une personne seule).

Pour rappel, selon le rapport de l'ambassadeur Pierre Duquesne, on recensait 61,6 millions de livrets A en 2012. Ce qui, théoriquement, signifie que 61,6 millions de Français sont concernés par cette baisse attendue puisqu'il est interdit d'en détenir deux ou plus. 

Julien Marion avec AFP