BFM Patrimoine

Libor: La banque de Warren Buffett poursuit 21 établissements en justice

La Berkshire Bank appartient au magnat de la finance, Warren Buffett.

La Berkshire Bank appartient au magnat de la finance, Warren Buffett. - -

La Berskhire Bank estime avoir été lésée dans cette affaire de manipulation de taux. Ces trucages auraient diminué les intérêts perçus par la banque sur son activité de prêts.

La banque de Warren Buffet s'estime victime du scandale du Libor. Le 25 juillet dernier, Berkshire Bank a déposé une proposition de class actions, ces fameuses plaintes en nom collectif, contre 21 établissements dans l’Etat de New York. 

La banque considère avoir été lésée par les manipulations du Libor, la principale référence du marché interbancaire et étalon de nombreux produits financiers. En effet, en maintenant la version de ce taux en dollars artificiellement bas, les banques impliquées auraient indirectement fait diminuer les revenus de la Berkshire sur ses des activités de prêt.

Pour les plaignants, les dommages seraient d'autant plus importants que le Libor dollars sert de base à énormément de taux d'intérêt à court terme aux Etats-Unis et particulièrement à New York.

"Des dizaines, si ce n’est des centaines de milliards de dollars de prêts sont vendus dans cet Etat chaque année. Et leurs taux sont étroitement liés à ceux du Libor", a ainsi déclaré ainsi la Berkshire Bank dans sa plainte.

Des centaines d'établissements floués

Les 21 banques citées par la plainte sont ainsi accusées de "fraude" et d’"enrichissement injuste". Parmi elles figurent Bank of America, Citigroup, Barclays, Deutsche Bank, Credit Suisse ou encore RBS.

En formulant un recours en nom collectif, Berkshire espère rallier à sa cause toutes les banques et établissements de prêt qui possèdent leur siège ou leur activité principale à New York. D’après la banque de Warren Buffett, plusieurs centaines d’entre eux pourraient être concernés. "Tous les nommer" serait "irréaliste", dit le texte de la plainte.

Plus généralement, en Europe et aux Etats-Unis, plusieurs investigations liées au scandale du Libor sont actuellement en cours. Les autorités cherchent à savoir si cette falsification des taux interbancaires a servi à cacher la fragilité des banques incriminées. Des deux côtés de l’Atlantique, des sanctions pénales sont envisagées.

Aurélie Boris et BFMbusiness.com