BFM Patrimoine

Les profits du CAC40 en hausse pour la première fois depuis 4 ans

Avec son retour aux bénéfices sur 2014, GDF Suez signe la performance la plus impressionnante de l'année.

Avec son retour aux bénéfices sur 2014, GDF Suez signe la performance la plus impressionnante de l'année. - Eric Piermont - AFP

Retour à la croissance des bénéfices, et quelle croissance pour le CAC40 qui affiche 37% en un an, malgré une activité stable… témoin d’entreprises restructurées au maximum, d’efforts considérables d’adaptation, mais aussi d’une conjoncture qui tend à s’améliorer.

Dur de faire une moyenne vraiment parlante de la progression des profits du CAC40. Entre les plus-values de cession chez L’Oréal, Vivendi ou LVMH, et la forte baisse des bénéfices de Total (-62%, baisse du pétrole oblige), et de ceux de BNPParibas (-97% !) avec l’amende record aux Etats-Unis, ces 37% sont une moyenne tout juste théorique.

Mais elle traduit bien le fil conducteur de cette amélioration de la rentabilité des entreprises cette année. Elle est spectaculaire, et très représentative de la conjoncture actuelle, indicateurs de tendance encourageants qui méritent d’être confirmés sur le 1er trimestre 2015.

Une cure d’amaigrissement payante 

Déjà, une forte baisse des provisions, des sommes que les entreprises sont obligées de dépenser pour couvrir la baisse de valeur de leurs actifs. Après un record absolu en 2013, à 24 milliards d’euros, on a l’impression que les entreprises, et les marchés bien sûr, ont trouvé la juste valorisation de leurs actifs.

Cela coïncide aussi avec les effets vraiment marquants d’une cure d’amaigrissement majeure menée par les entreprises ces dernières années. Entre cessions, plans d’économie, plans de rentabilité ou de maîtrise des coûts, on a des entreprises qui ont taillé jusqu’à l’os. Un travail long et difficile, qui se poursuit dans certaines entreprises, compliqué par la conjoncture souvent difficile et instable dans les pays émergents, et par des effets de changes très complexes à gérer.

Les entreprises sortent le spinnaker

Mais après des années de travail de transformation, tout cela paye enfin. Si les entreprises du CAC40 étaient des voiliers, elles auraient sorti le spinnaker, la voile qui permet de profiter du moindre souffle de pour faire avancer la machine, même quand les vents sont peu porteurs.

Leur taille et leur structure permettent de dégager du profit de manière très efficace malgré une activité en berne, le moindre frémissement de croissance étant source de rentabilité immédiate. Le tout en gardant suffisamment de souplesse pour d’adapter à d’éventuels retournements conjoncturels.

Perspectives encourageantes pour le 1er trimestre 2015

Un triple catalyseur est en train aussi de jouer son rôle : l’équation effets de changes favorables – taux baspétrole peu cher. Elle a commencé à avoir des effets sur la fin de l’année 2014, mais ne joue pas encore à plein. Tout ceci devrait continuer sur le 1er trimestre 2015. De quoi encore augmenter la profitabilité des entreprises.

Mais tout cela commence à alimenter un retournement de conjoncture accrédité par les statistiques européennes et par les prévisions de croissance de la BCE. Pas encore de quoi crier victoire, mais des indications encourageantes.

Et tout cela accrédite les propos des entreprises concernant leurs perspectives, 2015 sera une vraie année de reprise et de remplissage des carnets de commande, aidée par des facteurs artificiels, certes, mais les fondamentaux vont reprendre le dessus.

Antoine Larigaudrie