BFM Patrimoine

Les Bourses européennes dans le vert, le CAC40 à son plus haut annuel

Les derniers avertissements d'Ingenico, Atos ou Sopra Steria ont été sanctionnées par des baisses spectaculaires à la Bourse de Paris.

Les derniers avertissements d'Ingenico, Atos ou Sopra Steria ont été sanctionnées par des baisses spectaculaires à la Bourse de Paris. - ERIC PIERMONT / AFP

L’avancée des négociations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis, tout comme la main tendue de Theresa May à l’opposition, ont rassuré les marchés.

Les Bourses européennes ont continué leur progression mercredi, rassurées par l'avancée des négociations commerciales entre Washington et Pékin et par la rencontre entre Theresa May et Jeremy Corbyn, pour tenter d'éviter un Brexit sans accord.

La Bourse de Paris a ainsi fini en hausse (0,84%) pour la quatrième séance d'affilée et à son plus haut niveau annuel à 5.468,91 points. A Francfort, le Dax a bondi de 1,70%, l'indice vedette terminant à 11.954,40 points, et le MDax des valeurs moyennes a pris 1,62% à 25.561,80 points. Du côté de Londres, l'indice FTSE-100 a pris 27,16 points, à 7.418,28 points, pour sa cinquième séance de hausse consécutive.

Les marchés se rassurent

Négociateurs américains et chinois se sont retrouvés mercredi dans la capitale américaine pour ce qui pourrait être un ultime cycle de discussions avant de parvenir à un accord commercial entre les deux premières économies mondiales.

Le vice-président de la Chambre de commerce des Etats-Unis a assuré dans le Financial Times que "90% de l'accord" était déjà "bouclé", les 10% restants nécessitant des "compromis des deux côtés".

Les chiffres chinois ont aussi pris le pas sur d'autres publications moins favorables comme le recul de la croissance de l'activité privée dans la zone euro en mars ou la contraction au Royaume-Uni de l'activité dans le secteur des services.

Le marché continue de surveiller les développements sur le Brexit, mais a été quelque peu rassuré par la décision de Theresa May de se tourner vers le leader de l'opposition, Jeremy Corbyn. "Du point de vue des marchés, la nouvelle a été chaudement accueillie puisque cela réduit les chances d'un Brexit sans accord à la fin de la semaine prochaine", souligne David Cheetham, analyste chez XTB.

La rédaction avec AFP