BFM Patrimoine

Les actionnaires des banques américaines doivent faire leur autocritique -Market Blog

BFM Patrimoine
Par John Carney NEW YORK (Dow Jones)--Pas coupables mais responsables. Les investisseurs à la recherche de fautifs pour les pertes inattendues accusées par certaines banques pourraient commencer par se regarder dans le miroir. Une étude portant su

Par John Carney

NEW YORK (Dow Jones)--Pas coupables mais responsables.

Les investisseurs à la recherche de fautifs pour les pertes inattendues accusées par certaines banques pourraient commencer par se regarder dans le miroir.

Une étude portant sur 730 établissements financiers américains a montré que la pression exercée par les actionnaires peut conduire certaines banques à se lancer dans des activités de plus en plus risquées et à conserver ce risque dans leur bilan comptable.

Cette conclusion tranche avec le discours habituel selon lequel ce sont les équipes dirigeantes qui auraient tendance à prendre des paris hasardeux avec l'argent de leurs actionnaires, tandis que le fait de restituer plus de pouvoir à ces derniers aurait tendance à limiter la prise de risque.

Plus de risque pour plus de rendement

Jing Zhang, une doctorante de l'université McGill a scruté les prêts octroyés par les banques et revendus sous forme de produits structurés au cours des années ayant précédé la crise financière. Sa conclusion la plus surprenante est que les banques les plus soumises à l'influence de leurs actionnaires - un critère mesuré à partir de données fournies par l'Investor Responsibility Research Center, un centre de recherche économique spécialisé dans la gouvernance d'entreprise - ont enregistré des performances inférieures à celles pour lesquelles le pouvoir des actionnaires était plus faible.

Jing Zhang a également montré que la plus grande partie du risque engendré par ces créances était supportée par les banques elles-mêmes et non transférée à des investisseurs tiers. Elle conclue que ce phénomène était essentiellement dû à la pression exercée par des actionnaires pour que les banques affichent de meilleurs rendements en octroyant des prêts plus risqués.

Il est important de souligner que Jing Zhang a étudié la performance des portefeuilles de créances avant et pendant la crise financière. Cela permet de comprendre l'ampleur des pertes accusées par les banques américaines durant la crise.

La leçon, pour les actionnaires des banques, est qu'un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.

-John Carney, The Wall Street Journal (Version française Yann Morell y Alcover)

"Le Market Blog" est le blog économique et financier du Service français de Dow Jones Newswires.

(END) Dow Jones Newswires

April 02, 2014 05:51 ET (09:51 GMT)

© 2014 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-