BFM Patrimoine

Le nuage a coûté entre 1,5 et 2,5 milliards d'euros

A l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, lors de la période de fermeture de l'espace aérien français due au nuage de cendres volcaniques venu d'Islande. Selon le commissaire européen aux Transports, Siim Kallas, le coût des perturbations provoquées par ce n

A l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, lors de la période de fermeture de l'espace aérien français due au nuage de cendres volcaniques venu d'Islande. Selon le commissaire européen aux Transports, Siim Kallas, le coût des perturbations provoquées par ce n - -

Selon l'UE, le coût des perturbations provoquées par le nuage de cendres d'un volcan islandais s'établit dans une fourchette comprise entre 1,5 et...

BRUXELLES (Reuters) - Le coût des perturbations provoquées par le nuage de cendres d'un volcan islandais s'établit dans une fourchette comprise entre 1,5 et 2,5 milliards d'euros pour le secteur aérien européen, estime le commissaire européen aux Transports, Siim Kallas.

"Nous avons pris toutes les estimations et évaluations des coûts fournies par les différentes parties concernées et nous parvenons à un chiffre compris entre 1,5 et 2,5 milliards d'euros", a dit Siim Kallas devant la presse.

Les estimations couvrent tous les secteurs de l'industrie aérienne touchés par les annulations d'environ 100.000 vols, y compris les compagnies aériennes, les aéroports, les voyagistes et les activités au sol.

En tant qu'économiste, Kallas a précisé qu'il prenait ces estimations avec prudence en attendant que soit établi un chiffre définitif.

Il a par ailleurs présenté une série de mesures destinées à aider l'industrie aérienne à sortir de cette crise et à éviter qu'elle se reproduise.

"Maintenant que les choses reviennent à la normale, nous pouvons nous concentrer sur les mesures d'aide à l'industrie", a dit Kallas. "Il s'agit de mesures pratiques visant à aider le secteur des transports aériens afin qu'il survive à cette crise", a-t-il ajouté.

Sur le court terme, les pays membres de l'Union européenne pourront autoriser des dérogations à des restrictions de vol et des reports de paiements pour aider les compagnies aériennes à faire face à leurs problèmes immédiats de trésorerie.

Pete Harrison, Pierre Sérisier pour le service français