BFM Patrimoine

Le fonds de retraite et d'aide des shérifs de l'État de Louisiane contre IBM

BFM Patrimoine

Déclaration de Robert C. Weber, Vice-président directeur et Conseiller général chez IBM Hier, IBM (NYSE : IBM) a appris l'existence d'une action en justice alléguant une théorie de complot insensée. Cette actio

Déclaration de Robert C. Weber, Vice-président directeur et Conseiller général chez IBM

Hier, IBM (NYSE : IBM) a appris l'existence d'une action en justice alléguant une théorie de complot insensée. Cette action en justice cherche à semer la confusion par rapport au soutien d'IBM pour une proposition législative relative à la cybersécurité aux États-Unis -- qui n'a pas encore été mise en application -- avec le programme de surveillance de la NSA totalement sans rapport appelé PRISM. Même une lecture superficielle de la proposition législative, appelée CISPA, suffit pour établir le fait qu'elle n'a rien à voir avec le programme de surveillance récemment publié de la NSA. La législation est conçue pour aider à protéger contre les cyberattaques en encourageant le partage d'informations techniques sur les cybermenaces, comme les codes de logiciels malveillants. La capacité pour les victimes d'attaques de travailler ensemble pour aider à empêcher le cybercrime est une exigence pour les entreprises modernes et un objectif important, ce qui explique pourquoi beaucoup de sociétés, notamment IBM, soutiennent cette législation. Ce projet de loi ne se rapporte pas à la Chine et il n'autorise pas des processus de surveillance gouvernementale, faits que le plaignant et ses avocats pourraient facilement avoir déterminés s'ils s'étaient donné la peine de procéder à une simple vérification des faits.

S'appuyant sur cette relation imaginaire entre CISPA et PRISM, la plainte fait de nombreuses accusations spécieuses et fausses et IBM exhorte le cabinet juridique qui a intenté cette action de se raviser et de retirer cette action immédiatement. Le contraire nuirait gravement au système judiciaire, au public et, dans ce cas précis, à IBM.

IBM se battra vigoureusement contre cette action en justice sans fondement.

Le texte du communiqué issu d'une traduction ne doit d'aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d'origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

IBM
Doug Shelton, 914-499-6533 doshelton@us.ibm.com

Business Wire