BFM Patrimoine

Le Comité indépendant de contrôle des données recommande l’arrêt précoce de l’étude de phase 3 portant sur l’Ibrutinib chez les patients atteints de LLC/PLL en rechute/réfractaire sur la base de l’analyse provisoire planifiée

BFM Patrimoine

Janssen-Cilag International NV (Janssen) a annoncé aujourd'hui l'arrêt précoce de l'essai PCYC-1112-CA de phase 3 portant sur l'ibrutinib dans le traitement de la Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC) et du Petit Lymphom

Janssen-Cilag International NV (Janssen) a annoncé aujourd'hui l'arrêt précoce de l'essai PCYC-1112-CA de phase 3 portant sur l'ibrutinib dans le traitement de la Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC) et du Petit Lymphome Lymphocytaire (PLL), sur la base de la recommandation d'un Comité indépendant de contrôle des données (CICD) qui a conclu que l'étude montrait une différence significative en termes de survie sans progression de la maladie, en comparaison avec le paramètre de contrôle - principal critère d'évaluation de cette étude.

L'étude PCYC-1112-CA (RESONATE) est une étude clinique internationale, randomisée et ouverte de phase 3 impliquant 391 patients atteints de LLC/PLL en rechute ou réfractaire, avec lésions nodales mesurables ne pouvant bénéficier d'un traitement thérapeutique basé sur un analogue des purines, et ayant déjà reçu au minimum une thérapie préalable. Les patients ont été randomisés pour recevoir une dose orale quotidienne de 420 mg d'ibrutinib ou des doses d'ofatumumab, une thérapie approuvée pour le traitement de la LLC en rechute ou réfractaire, par intraveineuse, pendant 24 semaines. Les deux traitements ont été administrés jusqu'à progression de la maladie ou obtention d'un degré de toxicité inacceptable.

Le critère d'évaluation principal de cette étude est la survie sans progression de la maladie ; la survie générale est un critère d'évaluation secondaire clé ; parmi les autres critères d'évaluation figuraient le taux de réponse général et l'innocuité.

« Ravis de ces résultats, nous sommes impatients de les partager avec la communauté scientifique et les autorités sanitaires, » a déclaré Peter F. Lebowitz, MD, PhD, Chef du Domaine thérapeutique Oncologie chez Janssen Research & Development, LLC. « Cette étude randomisée de phase 3 fournit une comparaison directe utile entre l'agent unique ibrutinib et l'ofatumumab. Elle s'inspire de la détection précoce de bénéfices cliniques observés dans le cadre du programme de phase 2 portant sur l'ibrutinib. »

Le Comité indépendant de contrôle des données (CICD) a recommandé à l'unanimité l'arrêt précoce de l'étude sur la base d'une analyse provisoire planifiée, dans laquelle ont été relevées des différences statistiquement significatives en termes de survie sans progression de la maladie (telle qu'évaluée par un comité d'examen indépendant) et de survie générale. Le Comité a convenu que ces résultats semblent indiquer un bénéfice clinique et un profil d'innocuité tolérable chez les patients traités par ibrutinib, en comparaison avec des doses d'ofatumumab par intraveineuse. Le Comité a également recommandé au sponsor de fournir l'accès à l'ibrutinib aux patients du groupe traité par ofatumumab.

Ces résultats seront présentés lors de la prochaine rencontre médicale et soumis pour publication dans une revue spécialisée.

La société envisage de lancer, en Europe, au premier semestre 2014, un programme d'ATU nominatives destiné aux patients présentant un risque élevé de contracter une LLC/PLL en rechute ou réfractaire, ou de Lymphome du manteau réfractaire.

Le 30 octobre 2013, Janssen a déposé une demande d'autorisation de mise sur le marché (AMM) auprès de l'Agence européenne du médicament (AEM) portant sur l'ibrutinib pour le traitement des patients adultes atteints de Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC)/de Leucémie à petit lymphome lymphocytaire (PLL) ou de Lymphome à cellules du manteau (LCM) en rechute ou réfractaire.

La CLL/SLL et le LCM appartiennent à un groupe de cancers du sang, connus sous le nom de malignités à cellules B, un type de globules blancs (lymphocytes).1 La CLL/SLL et le LCM sont des maladies complexes qui peuvent être difficiles à traiter. En conséquence, de nombreux patients rechutent après un traitement spécifique et peuvent avoir besoin de plusieurs traitements au cours de leur maladie.

#FIN#

À propos de l'Ibrutinib

L'Ibrutinib est le premier médicament d'une classe appelée les inhibiteurs de tyrosine kinase de Bruton (KTB). La KTB est une protéine primordiale impliquée dans la communication entre les voies de signalisation cellulaires qui contrôle la maturation et la survie des cellules B. Lorsque, à l'intérieur même de cellules B malignes, la signalisation de la voie du récepteur de ces cellules (RCB), qui inclut la TKB, est excessive, la cellule maligne ignore le signal qui lui ordonne de mourir et continue à se développer et proliférer. Les cellules malignes migrent alors vers des zones protectrices de leur environnement, notamment les ganglions lymphatiques, auxquelles elles adhèrent pour s'y proliférer et survivre. L'Ibrutinib est le premier médicament d'une nouvelle classe de traitements étudiés spécifiquement pour cibler et inhiber la TKB. Ce médicament, qui forme un lien robuste par covalence avec la KTB, inhibe la transmission trop importante de signaux cellulaires de survie à l'intérieur des cellules B et en empêche, par conséquent, l'accumulation sur des zones protectrices de leur environnement. L'efficacité et l'innocuité de l'Ibrutinib utilisé seul et en association avec d'autres médicaments sont en cours d'évaluation pour le traitement de plusieurs cancers du sang.2,3,4,5,6

À propos de la Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC)/ de la Leucémie à petit lymphome Lymphocytaire (PLL)

La LLC est un cancer du sang à évolution habituellement lente qui prend généralement son origine dans les cellules B, un type de globules blancs (lymphocytes) qui se développent dans la moelle osseuse. Les cellules B font partie du système immunitaire et jouent un rôle important dans la lutte contre les infections affectant le corps. La LLC est la leucémie la plus courante chez les adultes occidentaux. L'âge médian au moment du diagnostic est principalement supérieur à 70 ans. En Europe, les taux d'incidence parmi les hommes et les femmes sont d'environ 5,87 et de 4,01 cas pour 100.000 personnes par an, respectivement. La LLC est une maladie chronique ; la survie médiane générale est comprise entre 18 mois et plus de 10 ans, selon le stade de la maladie. Lorsque les cellules cancéreuses sont principalement situées dans les ganglions lymphatiques, la maladie est appelée petit lymphome lymphocytaire (PLL). 7,8,9,10,11,12

À propos du Lymphome à cellules du manteau (LCM)

Le lymphome à cellules du manteau (LCM) est une forme rare et agressive de cancer du sang qui se produit généralement chez les adultes plus âgés - l'âge médian au moment du diagnostic étant de 65 ans. Cette affection naît généralement dans les ganglions lymphatiques, mais se propage par la suite dans d'autres tissus tels la moelle osseuse, le foie et la rate. En Europe, les taux d'incidence parmi les hommes et les femmes sont d'environ 0,64 et 0,27 cas pour 100.000 personnes et par an, respectivement. Le pronostic des patients atteints de LCM n'est généralement pas bon. La survie médiane générale est habituellement comprise entre trois et quatre ans, et seulement entre un et deux ans chez les patients ayant déjà subi une première rechute. 13,14,15,16

À propos de Janssen

Les sociétés pharmaceutiques Janssen de Johnson & Johnson sont engagées à répondre aux besoins médicaux non satisfaits les plus importants de notre temps, notamment dans les domaines de l'oncologie, de l'immunologie, de la neuroscience, des maladies infectieuses et des maladies cardiovasculaires et métaboliques. Motivée par son engagement envers les patients, Janssen développe des produits, des services et des solutions de soins innovants qui aident les patients dans le monde entier. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.janssen-emea.com

Janssen dans le domaine de l'oncologie

En matière d'oncologie, notre rôle, fondamentalement, est de modifier la manière dont nous comprenons, diagnostiquons et prenons en charge le cancer, en vue de renforcer notre engagement envers les patients qui nous inspirent. Dans notre quête de moyens novateurs permettant de faire face aux problèmes posés par le cancer, nous concentrons principalement nos efforts sur plusieurs solutions de traitement et de prévention. Nous travaillons notamment beaucoup sur les tumeurs hématologiques, le cancer de la prostate et des poumons ; l'interception du cancer avec pour objectif le développement des produits qui interrompent le processus cancérogène ; les biomarqueurs pouvant contribuer à nous guider dans une utilisation ciblée et personnalisée des thérapies ; ainsi que l'identification et le traitement sûrs et efficaces des changements précoces du micro-environnement tumoral.

Partenariat stratégique conclu entre Janssen et Pharmacyclics

L'Ibrutinib est développé conjointement, dans le cadre d'un partenariat stratégique, par Janssen et Pharmacyclics, Inc. Les deux sociétés sont responsables du développement, de la fabrication et de la commercialisation de l'Ibrutinib. En Europe, Janssen est la principale partie chargée de sa mise sur le marché, en cas d'approbation. Des informations détaillées concernant le programme clinique de l'Ibrutinib sont publiées sur le site clinicaltrials.gov. Pharmacyclics a financé l'étude PCYC-1112-CA.

(Le présent communiqué de presse contient des « énoncés prospectifs » au sens de la loi Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Il est conseillé au lecteur de ne pas placer une confiance excessive dans ces énoncés prospectifs. Ces déclarations sont fondées sur les attentes actuelles concernant des événements futurs. Si les suppositions sous-jacentes s'avèrent inexactes ou si des risques ou incertitudes inconnus se matérialisent, les résultats réels pourraient différer sensiblement des attentes et projections de Janssen-Cilag International N.V., des sociétés Janssen Pharmaceutical Companies et/ou de Johnson & Johnson. Les risques et incertitudes incluent, sans toutefois s'y limiter, les conditions générales de l'industrie et la concurrence ; les facteurs économiques tels que les fluctuations des taux d'intérêt et des taux de change ; les progrès technologiques, les nouveaux produits et les brevets obtenus par nos concurrents ; les défis inhérents au développement de nouveaux produits, dont l'obtention des autorisations réglementaires ; les défis liés aux brevets ; l'évolution du comportement et des habitudes d'achat ou les difficultés financières des acheteurs de produits et de services de soins de santé ; la modification des lois et réglementations gouvernementales ainsi que les réformes en matière de soins de santé aux niveaux national et international ; les tendances relatives à la maîtrise des coûts des soins de santé ; ainsi que la vérification renforcée du secteur des soins de santé par les agences gouvernementales. Une liste et une description plus détaillées de ces risques, incertitudes et autres facteurs est disponible dans la présentation 99 du rapport annuel de Johnson & Johnson sur formulaire 10-K pour l'exercice fiscal clos au 30 décembre 2012. Des copies de ce formulaire 10-K, ainsi que des dépôts subséquents, sont disponibles en ligne sur www.sec.gov, www.jnj.com ou sur demande auprès de Johnson & Johnson. Ni les sociétés Janssen Pharmaceutical Companies, ni Johnson & Johnson n'assument l'obligation de mettre à jour un quelconque énoncé prospectif suite à de nouvelles informations, d'événements ou de développements futurs.)

# # #

Références

1. National Cancer Institute. Definition: B cell. Disponible sur : http://www.cancer.gov/dictionary?cdrid=45611. Consulté le 14 mai 2013.

2. Qiu Y, Kung HJ. Signaling network of the Btk family kinases. Oncogene 2000;19:5651-61.

3. Shaffer AL, Rosenwald A, Staudt LM. Lymphoid malignancies: the dark side of B-cell differentiation. Nat Rev Immunol. 2002;2:920-32.

4. Puri KD, di Paolo JA, Gold MR. B-cell receptor signaling inhibitors for treatment of autoimmune inflammatory diseases and B-cell malignancies. Int Rev Immunol 2013;32:397-427.

5. Woyach JA, Johnson AJ, Byrd JC. The B-cell receptor signaling pathway as a therapeutic target in CLL. Blood 2012;120:1175-84.

6. Akinleye A, Chen Y, Mukhi N, Song Y, Liu D. Ibrutinib and novel BTK inhibitors in clinical development. J Hematol Oncol 2013;6:59.

7. Parker, T. Chronic lymphocytic leukemia: prognostic factors and impact on treatment. Discovery Medicine. 2011; 57.

8. SEER Statistics. Fact Sheets: Chronic lymphocytic leukemia. Disponible sur : http://seer.cancer.gov/statfacts/html/clyl.html. Consulté le 6 mars 2013.

9. American Cancer Society. Detailed guide: what is chronic lymphocytic leukemia. Disponible sur : http://www.cancer.org/cancer/leukemia-chroniclymphocyticcll/detailedguide/leukemia-chronic-lymphocytic-what-is-cll. Consulté le 6 mars 2013.

10. Sant M, Allemani C, Tereanu C, et al. Incidence of hematologic malignancies in Europe by morphologic subtype: results of the HAEMACARE project. Blood 2010;116:3724-34.

11. Cancer Research UK. The most common types of non-Hodgkins lymphoma. Disponible sur : http://www.cancerresearchuk.org/cancerhelp/type/non-hodgkins-lymphoma/about/types/the-most-common-types-of-non-hodgkins-lymphoma#sll. Consulté le 14 mars 2013.

12. Sagatys EM, Zhang L. Clinical and laboratory prognostic indicators in chronic lymphocytic leukemia. Cancer Control 2012;19:18-25.

13. McKay P, Leach M, Jackson R, et al. Guidelines for the investigation and management of mantle cell lymphoma. Br J Haematol 2012;159:405-26.

14. Leukemia and Lymphoma Society. Mantle Cell Lymphoma Facts. Disponible sur : http://www.lls.org/content/nationalcontent/resourcecenter/freeeducationmaterials/lymphoma/pdf/mantlecelllymphoma.pdf. Consulté le 14 mai 2013.

15. Smedby KE, Hjalgrim H. Epidemiology and etiology of mantle cell lymphoma and other non-Hodgkin lymphoma subtypes. Semin Cancer Biol 2011;21:293-8.

16. Goy A, Bernstein SH, Kahl BS, et al. Bortezomib in patients with relapsed or refractory mantle cell lymphoma: updated time-to-event analyses of the multicenter phase 2 PINNACLE study. Ann Oncol 2009;20:520-5.

Le texte du communiqué issu d'une traduction ne doit d'aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d'origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Janssen
Demande de renseignements médias UE :
Satu Kaarina Glawe
Tél : +49 (0) 2638 947 9218
Portable : +49 (172) 294 6264
Courriel : sglawe@its.jnj.com
ou
Relations avec les investisseurs :
Stan Panasewicz
Tél : +1 732-524-2524
Louise Mehrotra
Tél : +1 732-524-6491

Business Wire