BFM Patrimoine

La Commission européenne approuve le Stribild®, un nouveau régime posologique à comprimé unique pour le traitement de l'infection par le VIH-1

BFM Patrimoine
Gilead Sciences, Inc. (Nasdaq : GILD) a annoncé aujourd'hui que la Commission européenne avait accordé l'autorisation de mise sur le marché du Stribild® (elvitégravir 150 mg/cobicistat 150 mg/emtricitabine 200 mg/t

Gilead Sciences, Inc. (Nasdaq : GILD) a annoncé aujourd'hui que la Commission européenne avait accordé l'autorisation de mise sur le marché du Stribild® (elvitégravir 150 mg/cobicistat 150 mg/emtricitabine 200 mg/ténofovir disoproxil (sous forme de fumarate) 245 mg), un régime posologique à comprimé unique pour le traitement de l'infection par le VIH-1 chez les adultes naïfs de traitement antirétroviral ou qui sont infectés par le VIH-1 sans mutations connues associées à une résistance à l'un des trois agents antirétroviraux du Stribild. Cette autorisation permet de commercialiser le Stribild dans les 27 pays de l'Union européenne.

« Les régimes posologiques à comprimé unique facilitent la prise quotidienne régulière du médicament par les patients HIV, ce qui peut améliorer leurs résultats thérapeutiques », a déclaré Jürgen Rockstroh, MD, professeur de médecine à l'Université de Bonn en Allemagne et investigateur principal de l'une des études pivots du Stribild. « Le Stribild est un régime thérapeutique extrêmement efficace et bien toléré contre le VIH, et un ajout important à l'arsenal croissant des thérapies simplifiées en Europe ».

Cette autorisation s'appuie sur les données à 48 semaines de deux études pivots de Phase 3, dans lesquelles le Stribild a atteint son principal objectif de non-infériorité comparé à Atripla® (éfavirenz 600 mg/ emtricitabine 200 mg/ténofovir disoproxil (sous forme de fumarate) 245 mg) (Étude 102) et à un régime posologique contenant de l'atazanavir amplifié au ritonavir, plus Truvada® (emtricitabine/ténofovir disoproxil (sous forme de fumarate)) (Étude 103).

« Nous sommes impatients d'offrir le Stribild dans les plus brefs délais aux médecins qui traitent le VIH et à leurs patients à travers l'Union européenne », a déclaré John C. Martin, PhD, président et chef de la direction de Gilead Sciences.

Le Stribild est également approuvé aux États-Unis, au Canada, en Australie, en Corée du Sud, au Japon et en Turquie.

Stribild est le troisième régime posologique à dose unique contre le VIH développé par Gilead à être commercialisé en Europe. Le premier, Atripla, a été approuvé en 2007 dans l'Union européenne et est commercialisé par Gilead en partenariat avec Bristol-Myers Squibb et Merck & Co. Le second, Eviplera®▼ (emtricitabine/rilpivirine/ténofovir disoproxil (sous forme de fumarate) 245 mg)), est commercialisé par Gilead et Janssen R&D Ireland et a obtenu l'autorisation de mise sur le marché européenne en novembre 2011.

À propos du Stribild

Le Stribild contient quatre composés Gilead dans un régime posologique à dose unique complet et journalier : elvitégravir 150 mg, cobicistat 150 mg, emtricitabine 200 mg et ténofovir disoproxil (sous forme de fumarate) 245 mg.

L'elvitégravir fait partie de la classe des inhibiteurs de l'intégrase des molécules antirétrovirales. Les inhibiteurs de l'intégrase interfèrent avec la réplication du VIH en bloquant la capacité du virus à s'intégrer au matériel génétique des cellules humaines. L'elvitégravir a été cédé sous licence à Gilead par Japan Tobacco Inc. (JT) en mars 2005. Selon les termes du contrat que Gilead a conclu avec JT, Gilead détient des droits exclusifs de développement et de commercialisation de l'elvitégravir dans tous les pays du monde, à l'exception du Japon, où JT en conserve les droits.

Le cobicistat est un puissant inhibiteur mécanique du cytochrome P450 3A (CYP3A) exclusif de Gilead, une enzyme qui métabolise les médicaments dans le corps.

Des demandes de mise sur le marché pour l'elvitégravir et le cobicistat en tant qu'agents autonomes font actuellement l'objet d'un examen dans l'Union européenne. Aux États-Unis, le 29 avril 2013, la société Gilead a annoncé qu'elle avait reçu des lettres de réponse complète (« Complete Response Letters ») de l'organisme de surveillance des aliments et des médicaments américain (la FDA) au sujet de ses demandes d'AMM pour nouveau médicament pour l'elvitégravir et le cobicistat en tant qu'agents autonomes. La société œuvre pour répondre le plus vite possible aux questions soulevées dans les lettres de la FDA.

L'elvitégravir et le cobicistat en tant qu'agents autonomes sont des produits expérimentaux dont l'innocuité et l'efficacité n'ont pas encore été établies.

Informations importantes de l'UE à propos du Stribild

L'acidose lactique, généralement associée à la stéatose hépatique, a été signalée avec l'emploi d'analogues de nucléosides. Le taux de mortalité par acidose lactique étant élevé, les patients présentant un risque accru doivent être surveillés de près.

Le Stribild ne doit être pris avec aucun des produits suivants en raison du potentiel d'événements graves et/ou engageant le pronostic vital ou la perte de réponse virologique et une résistance potentielle au Stribild :

  • antagonistes des alpha 1-adrénorécepteurs : alfuzosine
  • antiarhythmiques : amiodarone, quinidine
  • anticonvulsifs : carbamazépine, phénobarbital, phénytoïne
  • antimycobactériens : rifampicine
  • dérivés ergoliniques : dihydroergotamine, ergométrine, ergotamine
  • agents de motilité gastro-intestinale : cisapride
  • produits à base de plantes médicinales : millepertuis (Hypericum perforatum)
  • inhibiteurs de l'HMG-CoA réductase : lovastatine, simvastatine
  • neuroleptiques : pimozide
  • inhibiteurs de la PDE-5 : sildénafil pour le traitement de l'hypertension artérielle pulmonaire
  • sédatifs/hypnotiques : midazolam, triazolam administrés par voie orale

En tant que combinaison fixe, le Stribild ne doit pas être administré en concomitance avec d'autres produits médicinaux contenant du ténofovir disoproxil (sous forme de fumarate), de la lamivudine ou de l'adéfovir dipivoxil utilisé pour le traitement de l'infection par le virus de l'hépatite B.

L'emtricitabine et le ténofovir sont principalement excrétés par les reins par une combinaison de filtration glomérulaire et de sécrétion tubulaire active. Des cas d'insuffisance rénale, de dysfonction rénale, de concentrations élevées de créatinine, d'hypophosphatémie et de tubulopathie proximale (notamment le syndrome de Fanconi) ont été signalés avec l'emploi du ténofovir disoproxil (sous forme de fumarate).

Les patients qui ont abandonné le traitement par le ténofovir disoproxil (sous forme de fumarate) en raison d'une néphrotoxicité ne doivent pas être traités par le Stribild.

La clairance de la créatinine des patients doit être calculée et leur glucose urinaire et leur protéine urinaire déterminées avant l'instauration d'un traitement par le Stribild.

Le traitement par le Stribild ne doit pas être instauré chez des patients dont la clairance de la créatinine est inférieure à 70 ml/min. Il est recommandé que le Stribild ne soit pas instauré chez des patients dont la clairance de la créatinine est < à 90 ml/min sauf si, après un examen des options de traitement disponibles, il est considéré que le Stribild est le traitement préféré pour le patient individuel.

La clairance de la créatinine, le phosphate sérique, le glucose urinaire et la protéine urinaire doivent être surveillés toutes les quatre semaines pendant la première année et puis tous les trois mois. Chez les patients présentant un risque de dysfonction rénale, une surveillance plus fréquente de la fonction rénale doit être envisagée.

Le cobicistat inhibe la sécrétion tubulaire de la créatinine et peut causer de légères augmentations de la créatinine sérique et de légères baisses de la clairance de la créatinine. L'innocuité rénale des patients qui présentent une augmentation de la créatinine sérique confirmée supérieure à 26,5 μmol/l (0,3 mg/dl) par rapport à la référence doit être surveillée de près.

La fonction rénale doit être réévaluée au bout d'une semaine si le phosphate sérique est < 0,48 mmol/l (1,5 mg/dl) ou si la clairance de la créatinine baisse à < 70 ml/min pendant le traitement par le Stribild.

La prise du Stribild doit être arrêtée si la clairance de la créatinine est confirmée à < 50 ml/min ou si le phosphate sérique baisse à < 0,32 mmol/l (1,0 mg/dl).

Les données disponibles à l'heure actuelle sont inadéquates pour déterminer si la co-administration de ténofovir disoproxil (sous forme de fumarate) et de cobicistat est associée à un risque accru de réactions adverse rénales comparé aux régimes posologiques incluant le ténofovir disoproxil (sous forme de fumarate) sans cobicistat.

Le Stribild doit être évité avec l'emploi concomitant ou récent d'un produit médicinal néphrotoxique en raison du risque accru de réactions adverses rénales (avec le composant de ténofovir disoproxil (sous forme de fumarate) du Stribild).

Des anomalies osseuses (entraînant peu fréquemment des fractures) peuvent être associées à la tubulopathie rénale proximale, de sorte qu'une consultation appropriée doit être obtenue en cas de doute.

Le Stribild n'a pas été étudié chez des patients souffrant d'insuffisance hépatique grave (CPT Score C).

L'arrêt du traitement par le Stribild chez des patients co-infectés par le virus du VIH et de l'hépatite B (VHB) peut être associé à des exacerbations aiguës graves de l'hépatite. Les patients co-infectés par le VIH et le VHB qui cessent de prendre du Stribild doivent être surveillés de près par un suivi à la fois clinique et biologique pendant au moins plusieurs mois après l'arrêt du traitement. L'instauration d'une thérapie contre l'hépatite B peut, le cas échéant, être justifiée. Chez les patients atteints de maladies hépatiques ou de cirrhose, l'interruption du traitement n'est pas recommandée du fait que l'exacerbation de l'hépatite post-traitement risque d'entraîner une décompensation hépatique.

Le syndrome de restauration immunitaire a été signalé chez des patients ayant suivi une polythérapie incluant les composants du Stribild.

La polythérapie a été associée à la redistribution de graisse corporelle (lipodystrophie) chez des patients atteints du VIH. Les conséquences à long terme de ces événements sont actuellement inconnues.

À propos de Gilead Sciences

Gilead Sciences est un laboratoire de biotechnologie, spécialisé dans la découverte, le développement et la commercialisation de médicaments innovants dans des aires thérapeutiques insuffisamment pourvues en traitement. L'objectif de la société est de faire progresser à travers le monde le traitement des patients souffrant de maladies engageant le pronostic vital. La société Gilead, dont le siège est installé à Foster City, en Californie, est présente en Amérique du Nord, en Europe et en Asie-Pacifique.

Déclarations prévisionnelles

Ce communiqué de presse contient des déclarations prévisionnelles au sens de la loi Private Securities Litigation Reform Act de 1995, qui sont sujettes à des risques, des incertitudes et d'autres facteurs, notamment le risque que les médecins en Europe ne constatent pas les avantages du Stribild par rapport à d'autres thérapies et qu'ils soient, de ce fait, peu disposés à prescrire le produit. En outre, les demandes de mise sur le marché en attente pour l'elvitégravir et le cobicistat en tant qu'agents autonomes aux États-Unis et en Europe risquent de ne pas être autorisées ou ces autorisations risquent d'être retardées, notamment en raison de l'incapacité de Gilead à répondre aux questions soulevées dans les lettres de réponse complète de la FDA. En outre, une autorisation de mise sur le marché, si elle est accordée, pourrait imposer des restrictions non négligeables à son utilisation. Ces risques, incertitudes et autres facteurs sont susceptibles de faire varier les résultats réels de façon substantielle par rapport à ceux auxquels il est fait référence dans les déclarations prévisionnelles. Le lecteur est mis en garde de ne pas se fier à ces déclarations prévisionnelles. Ces risques, ainsi que d'autres, sont décrits en détail dans le rapport trimestriel de Gilead sur formulaire 10-Q pour le trimestre clos au 31 mars 2013, tel que déposé auprès de la Commission des valeurs mobilières des États-Unis. Toutes les déclarations prévisionnelles sont fondées sur des informations dont Gilead dispose actuellement, et la société rejette toute obligation de mise à jour de ces déclarations prévisionnelles, quelles qu'elles soient.

Les résumés des caractéristiques du produit de l'UE pour l'Atripla, l'Eviplera, le Stribild et le Truvada sont disponibles à l'adresse
http://www.ema.europa.eu/ema/index.jsp?curl=/pages/home/Home_Page.jsp

Eviplera, Stribild et Truvada sont des marques déposées de Gilead Sciences, Inc.
Atripla est une marque déposée de Bristol-Myers Squibb & Gilead Sciences, LLC.

Pour de plus amples informations sur Gilead Sciences, veuillez consulter le site Web de la société à l'adresse www.gilead.com, suivre Gilead
sur Twitter (@GileadSciences) ou appelez le service des relations publiques de Gilead au 1-800-GILEAD-5 ou au 1-650-574-3000.

Le texte du communiqué issu d'une traduction ne doit d'aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d'origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Gilead Sciences, Inc.
Investisseurs :
Patrick O'Brien, 650-522-1936
ou
Médias :
Stephen Head, +44 (208) 587-2359 (Europe)
Erin Rau, 650-522-5635 (États-Unis)
www.gilead.com

Business Wire