BFM Patrimoine

La Bourse de Paris nerveuse en attendant le Budget américain

La Bourse de Paris attend avec fébrilité le dénouement du feuilleton budgétaire américain.

La Bourse de Paris attend avec fébrilité le dénouement du feuilleton budgétaire américain. - -

Inquiète de la situation aux Etats-Unis et, dans une moindre mesure, en Italie, la Bourse de Paris a clôturé en baisse (-1,03%), ce lundi 30 septembre.

Le budget américain pèse sur les marchés. Ce lundi 30 septembre, la Bourse de Paris a cloturé en baisse de 1,03%, à 4.143,44 points, dans un volume d'échanges de 2,8 milliard d'euros.

L'indice parisien s'est ancré dans le rouge dès l'ouverture ce 30 septembre, pâtissant des dossiers épineux du plafond de la dette aux États-Unis et d'une possible nouvelle crise politique en Italie. L'ouverture en net recul à Wall Street n'a fait que conforter la tendance.

"Les questions politiques devraient dominer les marchés dans les jours à venir, laissant l'aversion pour le risque à un niveau élevé et les actifs risqués sous une pression généralisée", affirment dans une note les économistes de Crédit Agricole CIB.

Les banques à la peine

Les valeurs cycliques ont été particulièrement touchées. Aperam a perdu 1,51% à 11,39 euros, Saint-Gobain 2,03% à 36,60 euros, Peugeot 2,96% à 12,15 euros et EDF 1,08% à 23,38 euros.

Les bancaires étaient elles aussi à la peine, souffrant également de l'annonce de départ du patron de la banque italienne Intesa Sanpaolo, a souligné M. Brun-Theremin. Société Générale a ainsi perdu 0,90% à 36,83 euros, BNP Paribas 1,75% à 50 euros et Crédit Agricole 1,53% à 8,15 euros.

Schneider Electric a pâti (-3,30% à 62,51 euros) d'un abaissement de recommandation à "vendre" contre "neutre" auparavant par la banque UBS, à l'inverse d'Air France-KLM (+1,85% à 7,36 euros) qui a bénéficié d'un relèvement de sa recommandation par HSBC.

Y. D. et AFP