BFM Patrimoine

La Bourse de Paris dévisse de 2,65%, craignant les futures actions de la Fed

La Bourse de Paris a terminé la séance sur une baisse de plus de 2%.

La Bourse de Paris a terminé la séance sur une baisse de plus de 2%. - -

Le CAC40 a chuté de 2,65% à 4.172 points, ce mardi 3 décembre. Une baisse qui est en partie due aux craintes d'un ralentissement du soutien apporté par la Fed à l'économie américaine.

Le coup de tabac est sévère. Ce mardi 3 décembre, la Bourse de Paris a lourdement chuté, terminant en baisse de 2,65% à 4.172 points.

Le marché a réagi négativement à la publication, lundi, d'un indice américain, l'ISM manufacturier, d'excellente facture.

Cette bonne statistique a ranimé les craintes des investisseurs concernant l'action de la Réserve fédérale américaine (Fed). Celle-ci injecte, chaque mois, pour 85 milliards de dollars d'argent frais dans l'économie pour apporter un soutien d'envergure à l'économie américaine.

Une baisse technique?

Ce bon indicateur laisse penser que la Fed pourrait commencer à ralentir le rythme de ces perfusions mensuelles. "La thèse d'une réduction de l'aide de la Fed plus rapide que prévue prend de l'ampleur", juge ainsi Toby Morris, un analyste de CMC Markets, cité par l'AFP.

Interrogé par BFM Business, Frédéric Rozier, gérant chez Meeschaert Capital, estime que cette baisse est avant tout technique, "en l'absence de catalyseurs à la hausse comme à la baisse".

"Le marché avait besoin de corriger", juge également Patrick Legland, directeur de la recherche mondiale chez Société Générale CIB. Il estime que le CAC40 s'est trouvé des prétextes, sur cette séance, pour rompre une tendance haussière continue.

Du côté des valeurs, tous les composants du CAC40 ont, sans exception, été dans le rouge ce mardi. Les télécoms avec Bouygues, Vivendi et Orange ont fait partie des titres les plus chahutés, perdant plus de 3%. Les deux entreprises ont pâti de l'annonce de leur rivale Free, qui a décidé de lancer son offre 4G au même prix que la 3G, ce qui représente une stratégie commerciale de plus agressives.

Julien Marion