BFM Patrimoine

La Banque de France reconnaît des problèmes dans l'évaluation de collatéraux à l'été 2012

BFM Patrimoine
PARIS (Dow Jones)--La Banque de France a indiqué lundi avoir connu des difficultés techniques dans la gestion des garanties qu'elle exige en échange de prêts au cours de l'été 2012, mais a assuré que le problème avait été résolu à la fin

PARIS (Dow Jones)--La Banque de France a indiqué lundi avoir connu des difficultés techniques dans la gestion des garanties qu'elle exige en échange de prêts au cours de l'été 2012, mais a assuré que le problème avait été résolu à la fin du mois d'août et qu'il n'avait pas eu d'impact sur la politique monétaire.

Ces difficultés techniques ont provoqué un retard dans les notations de certains produits financiers apportés en garantie, ce qui a abouti à des décotes inadéquates concernant ces produits, a déclaré un porte-parole de la Banque de France, tout en assurant que la situation n'a eu aucun impact sur les opérations de politique monétaire.

Cette annonce intervient suite à la publication, dimanche, d'un article dans le quotidien allemand Welt am Sonntag indiquant que la Banque de France avait accordé à six banques des prêts trop importants par rapport aux garanties apportées, en raison de décotes insuffisantes appliquées à celles-ci. La Banque de France a accordé des crédits en échange d'obligations appelées titres européens à court terme, ou Short-Term European Paper (STEP), émises par les banques en tant que garanties.

Selon le journal, des titres émis par les six banques, valant moins de 6,5 milliards d'euros et présentant des maturités allant jusqu'à un an, ont bénéficié de trop faibles décotes. En conséquence, les banques ont été en mesure d'obtenir un financement supplémentaire de 550 millions d'euros auprès de la banque centrale sans fournir les garanties correspondantes, a calculé le Welt am Sonntag. Selon le journal, Société Générale (GLE.FR) et la banque italienne UniCredit (UCG.MI) figurent parmi ces six banques.

Mais ces banques ont fourni par ailleurs d'autres garanties en nombre suffisant, de sorte qu'il n'y a pas eu d'impact sur les opérations de politique monétaire, a indiqué le journal, citant la BCE.

-William Horobin, Dow Jones Newswires william.horobin@dowjones.com

(Version française Marc Daniel)

(END) Dow Jones Newswires

January 07, 2013 11:00 ET (16:00 GMT)

© 2013 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-