BFM Patrimoine

L'or pâtit de la crise de l'euro

L'or a perdu plus de 200 dollars depuis février.

L'or a perdu plus de 200 dollars depuis février. - -

Les cours du métal précieux se replient depuis février. Une chute due à l’appréciation du dollar et, dans une moindre mesure, à une demande plus faible.

L’or perdrait-il son statut de valeur refuge? Depuis novembre 2011, les cours du métal précieux sont passés de 1780 à moins de 1550 dollars l’once à New York, soit 13% du chute. L’or avait pourtant davantage habitué ses adeptes aux grandes ascensions qu’aux dégringolades. Le métal précieux était jusque-là perçu comme un rempart contre la crise de confiance des investisseurs et contre l’inflation.

Mais le début de l’année 2012 a clairement marqué une rupture, notamment depuis février 2012 et la résurgence de la crise de la zone euro. La possible sortie de la Grèce de l’euro a attisé les craintes des cambistes sur la monnaie unique, au profit d’autres devises comme la livre et, en particulier, le dollar. La monnaie américaine est actuellement plébiscitée par les marchés, au même titre que d'autres actifs jugés sûrs, tels que les titres de dettes allemands.

Le dollar et la roupie indienne

Les cours de l’or étant libellés en dollars, une hausse du billet vert rend ce placement plus onéreux pour les investisseurs étrangers, ce qui se traduit par une chute sur les marchés. "L’or recule essentiellement en raison de l’appréciation du dollar", indique ainsi Benjamin Louvet, associé-gérant chez Prim’Finance et interviewé dans l'émission Intégrale Bourse de BFM Business. "Le marché des devises dirige celui des matières premières. Et en ce moment le dollar est roi", confirme Frank Lesh, analyste chez FuturePath trading cité par Bloomberg.

"La roupie indienne explique également cette baisse. L’Inde est un des plus gros acheteurs d’or et les difficultés que connaît la roupie indienne ont pesé sur la demande indienne", ajoute Benjamin Louvet.

Le World Gold Council précise pour sa part que la baisse de cette demande est aussi le résultat d'une hausse de la taxation sur les importations d’or décidée en mars dernier par New Delhi. Et selon les chiffres de l’organisation, la demande mondiale d’or au premier trimestre 2012 a diminué de 5% en comparaison avec la même période de 2011. Les fondamentaux jouent donc également leur rôle dans la baisse du métal.

Un possible rebond grâce à la Chine

Cependant, Benjamin Louvet pense à un possible rebond: "La demande d’or devrait continuer de progresser en Chine. Et du côté de l’Inde, on commence à observer un retour sur le marché d’un certain nombre de gros négociants. Ces derniers doivent s’approvisionner à l’approche de la saison des mariages."

De plus, le World Gold Council informe que la demande des bijoutiers chinois a augmenté de 13% au premier trimestre 2011. "Comme nous l’avions déjà prévu, la Chine pourrait bien devenir la principale source de la demande mondiale d’or en 2012", prévoit Marcus Grubb, directeur général de l’organisation. Cela, du fait de l’inflation rampante que connaît la Chine et dont les investisseurs chinois chercheraient à se prémunir. Une utilisation classique du précieux métal en somme.

Julien Marion