BFM Patrimoine

L'autorité de tutelle des marchés à terme aux États-Unis (CFTC) a agréé trueEX, la première bourse réglementée de négociation des contrats d'échange au service d'un marché mondial des swaps de taux d'intérêts d'une valeur de 300 billions de dollars

BFM Patrimoine
La nouvelle bourse réglementée assure au marché des swaps de taux d'intérêt la transparence, l'automatisation et la conformité imposées par la loi Dodd-Frank L'autorité de tutelle des marchés à terme aux Ét

La nouvelle bourse réglementée assure au marché des swaps de taux d'intérêt la transparence, l'automatisation et la conformité imposées par la loi Dodd-Frank

L'autorité de tutelle des marchés à terme aux États-Unis (Commodity Futures Trading Commission ou CFTC) vient d'agréer trueEX, la première bourse de négociation des contrats d'échange en conformité avec la loi Dodd-Frank, en qualité de marché des contrats à terme désigné (Designated Contract Market ou DCM). Initialement, trueEX répondra aux besoins du marché mondial des swaps de taux d'intérêt (IRS), estimé à 300 billions de dollars, et étendra ses activités à d'autres produits dérivés liquides le cas échéant.

Actuellement, les swaps de taux d'intérêt sont dans une large mesure négociés par téléphone, sans surveillance réglementaire, transparence pré- ou post-négociation, et avec une automatisation très réduite.

La bourse électronique trueEX a été conçue pour répondre aux besoins à la fois des teneurs de marché et des gestionnaires d'actifs, des fonds spéculatifs et d'autres sociétés buy-side. trueEX effectue actuellement des tests avec des acteurs du marché et élargira ses activités d'intégration au quatrième trimestre. trueEX démarrera ses opérations au premier trimestre 2013.

« trueEX représente une étape importante dans l'évolution des marchés de produits dérivés », déclare Sunil Hirani, son fondateur et directeur général. « Nous apportons la transparence pour la première fois à ce marché opaque d'une valeur de plusieurs centaines de billions de dollars. Faire passer le marché des produits dérivés à un environnement négocié en bourse et faisant l'objet d'une compensation centrale atténuera le risque systémique, fera baisser les coûts d'exécution et de traitement et apportera une transparence dont nous avons tant besoin. »

trueEX offre également aux participants un choix de plusieurs chambres de compensation, ce qui n'était pas disponible auparavant sur les marchés boursiers réglementés. Ce modèle d'affaires évolutif sera en mesure de prendre en charge la plupart des transactions banalisées sur le marché.

trueEX est lancée par des entrepreneurs en technologie financière chevronnés qui, à travers les innovations qu'ils ont apportées, ont fait leurs preuves dans le secteur des produits dérivés, notamment en mettant en place la première plate-forme électronique de négociation, la première plate-forme électronique de traitement et la première chambre de compensation pour les produits dérivés. trueEX est financée par des investisseurs privés qui ont investi dans nombre de sociétés performantes dans les marchés boursiers et la technologie financière.

« Le manque de confiance actuel dans les marchés mondiaux – en particulier dans les marchés des produits dérivés – a créé une dynamique pour une plate-forme de négociation réglementée, transparente et fondée sur des règles », observe M. Hirani. « Et c'est précisément ce que trueEX va offrir, en permettant à la fois aux teneurs de marché et aux sociétés buy-side de nous rejoindre dans les plus brefs délais pour satisfaire aux exigences réglementaires les concernant. Par ailleurs, dès que cela sera possible, nous prévoyons de traiter des opérations sur instruments financiers à terme. »

L'administrateur indépendant de trueEX, Patrick M. Parkinson, ancien administrateur de la division de la supervision bancaire et de la règlementation du Système de réserve fédéral américain, qui a joué un rôle prépondérant dans la réforme de la réglementation financière, notamment au travers de propositions pour la réglementation des marchés des produits dérivés de gré à gré, déclare à ce propos : « trueEX est la première bourse à fournir le genre d'exécution transparente des ordres dans les transactions standardisées dont on a estimé qu'elle était un élément nécessaire de la réforme de la réglementation financière dans le sillage de la crise. trueEX agira en parfaite conformité avec les nouvelles exigences réglementaires. »

Ken Raisler, de Sullivan & Cromwell, ancien avocat général de la CFTC et avocat en réglementation bancaire et financière auprès de trueEX, déclare pour sa part : « trueEX apporte la certitude de la conformité avec la loi Dodd-Frank pour les opérations de contrats d'échange de taux d'intérêt. Son approbation par la CFTC offre aux acteurs du marché une bourse de négociation des contrats d'échange de taux d'intérêt forte, réglementée et transparente. »

À propos de trueEX

Ayant son siège à New York, trueEX LLC, la première bourse de négociation des contrats d'échange de taux d'intérêt agréée par la CFTC, l'autorité de tutelle des marchés à terme aux États-Unis, en qualité de marché des contrats à terme désigné (DCM), a été conçue ex nihilo comme la première plate-forme de négociation de swaps de taux d'intérêt en conformité avec la loi Dodd-Frank. Créée par Sunil Hirani, directeur général, et son cofondateur Jim Miller en 2011, trueEX négociera initialement des contrats d'échange de taux d'intérêt et par la suite ajoutera à ses activités d'autres produits dérivés liquides, le cas échéant.

M. Hirani a également fondé Creditex, la première plate-forme électronique de négociation des contrats d'échange sur le risque de défaillance (CDS), acquise par ICE en 2008. Aux côtés des membres de l'équipe dirigeante de trueEX management, il a également lancé T-Zero (désormais ICE Link).

Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter le site Internet de trueEX : www.trueex.com

Le texte du communiqué issu d'une traduction ne doit d'aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d'origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Leo Murray
The Dilenschneider Group
Téléphone : 212-922-0900; Cell: 917-538-0162
E-mail : lmurray@dgi-nyc.com

Business Wire