BFM Patrimoine

L'assurance-vie a moins rapporté en 2016

L'an dernier, le rendement moyen sur les contrats en euros est tombé à 1,6% contre 2,3% en 2015. Du fait de la chute des taux sur les obligations, les assureurs ne peuvent plus servir des chiffres aussi attractifs.

2016 n'a pas été un bon millésime pour l'assurance-vie. Les rendements des contrats en euros ont été encore plus faibles que prévu. La Fédération française d'assurance est ainsi venue confirmer les pires prévisions. Le taux de moyen est tombé à 1,60% l'an dernier, contre 2,3% en 2015.

Preuve que les assureurs ont bel décidé de lever le pied sous la pression des régulateurs. Mais aussi parce que cette fois, le système est à bout de souffle.

Des obligations aux taux historiquement bas

Les assureurs ne peuvent pas durablement servir des rendements élevés alors qu'eux-mêmes placent cet argent sur des obligations dont les taux sont historiquement bas. Ils ont d'autant plus de mal à séduire les épargnants avec des rendements attractifs que leurs anciennes obligations, plus rémunératrices, arrivent à échéance.

Plus question donc de prendre le moins risque. Les assureurs reconstituent leur réserve et poussent de plus en plus leurs clients vers des contrats en unité de compte, plus risqués mais plus rémunérateurs. Des produits auxquels les épargnants vont devoir s'habituer car pour les assureurs, plus question d'offrir à la fois sécurité et rendement.

Caroline Morisseau, édité par J.M.