BFM Patrimoine

HOCHTIEF et Windreich présentent le projet Global Tech I au salon Husum WindEnergy 2012

BFM Patrimoine

HOCHTIEF reconnaît que Windreich a parfaitement préparé le projet Global Tech I sera connecté au réseau conformément au calendrier Willi Balz évoque l'importance cruciale des parcs éoliens offshore
  • HOCHTIEF reconnaît que Windreich a parfaitement préparé le projet
  • Global Tech I sera connecté au réseau conformément au calendrier
  • Willi Balz évoque l'importance cruciale des parcs éoliens offshore pour la mutation énergétique

Windreich AG, initiateur du premier projet offshore du monde, Global Tech I, dont les travaux de construction ont débuté dans les délais prévus, montre au salon Husum WindEnergy 2012 que la mutation énergétique a déjà bien entamé sa phase de mise en œuvre et que l'énergie éolienne offshore fonctionne avec les bons partenaires.

Martin Rahtge, Président du Conseil de Direction de HOCHTIEF Civil Engineering, Marine and Offshore, accueille l'intervenant principal Willi Balz, ingénieur en économie, Président exécutif de Windreich AG, à la conférence HOCHTIEF du 19 septembre 2012, et manifeste un grand respect pour son travail. « Quand j'ai fait la connaissance de Willi Balz il y a trois ans, j'ai été très impressionné par son action et sa vision. Il est un pionnier dans le secteur, qu'il n'a pas cessé de façonner. Avec son pragmatisme, il était le partenaire idéal pour concrétiser nos projets offshore avec Windreich. »

On a rapidement perçu que l'intervention qui allait suivre suscitait beaucoup d'intérêt dans le public car il n'y avait pas assez de sièges dans la salle. « La mutation énergétique est uniquement possible en recourant aux parcs éoliens offshore, et nous sommes en train de le faire ». Willi Balz s'est adressé aux journalistes : « S'il vous plaît, faites des recherches approfondies lors de vos reportages, notamment avec les personnes qui y travaillent vraiment ; en effet, cela mettra rapidement un terme aux présentations négatives, souvent incorrectes ». C'est par ces mots que l'ingénieur souabe a ouvert son allocution, expliquant très clairement à quel point les projets éoliens sont durables et réalisables.

Willi Balz a abordé les questions constamment discutées autour du secteur offshore et y a répondu de façon totalement ouverte et directe. « Nous n'avons pas de problèmes de connexion au réseau avec TenneT, nos trois projets ont tous été approuvés sans conditions pour un raccordement au réseau et peuvent donc être connectés aux convertisseurs actuels au moyen de câbles bypass afin de prévenir d'emblée les dommages, tout problème de responsabilité en résultant et donc aussi les coûts plus élevés pour le consommateur », a déclaré Willi Balz.

« Il n'y a pas non plus de surcharges de réseau causées par les tempêtes, car les éoliennes modernes produisent de l'électricité jusqu'à leur capacité maximale ; de plus, les pales du rotor réduisent automatiquement leur angle d'inclinaison et renvoient l'énergie éolienne excédentaire vers la Mer du Nord.

Nous n'avons pas besoin d'autoroutes de l'électricité allant jusqu'au Sud, du moins pas encore. L'électricité offshore en provenance de la Mer du Nord atteint déjà la Ruhr, qui est la région allemande de loin la plus grosse consommatrice d'énergie. Rien que dans la Ruhr, environ 20 centrales électriques conventionnelles doivent d'abord être remplacées. Une quinzaine de grands parcs éoliens offshore doivent être construits à cet effet et d'ici là, le pays industriel qu'est l'Allemagne aura sans aucun doute trouvé une solution pour améliorer la mise en réseau. »

Toutefois, Willi Balz ne passe pas les problèmes sous silence. Les projections effectuées par des sociétés indépendantes et certifiées expertes en éolien sont en moyenne 30% inférieures aux quantités d'électricité produites aujourd'hui en Mer du Nord par Horns Rev et Alpha Ventus. « Cela nous gêne dans notre recherche d'investisseurs et fait inutilement augmenter les fonds requis et les taux d'intérêt. Malgré ces difficultés, Windreich est parvenue à obtenir 800 millions d'euros de fonds et, sur cette base, à financer Global Tech I, d'un coût de 1 milliard d'euros, en faisant appel à la BEI et à la banque KFW, ce qui en fait le plus gros financement au monde à ce jour dans le secteur des énergies renouvelables. »

Willi Balz souligne enfin la magnifique collaboration entre les partenaires, AREVA, Alstom, WeserWind, Ambau, Fugro, BGL, NSW et surtout HOCHTIEF: « Lorsque j'ai vu l'équipage motivé du nouveau navire de construction INNOVATION et l'enthousiasme de son capitaine, j'ai vraiment compris que c'était la bonne décision. Avec HOCHTIEF, nous avions trouvé un partenaire qui allait démontrer que les projets offshore peuvent être réalisés dans les délais prévus et en toute sécurité grâce à une préparation minutieuse et à une mise en œuvre professionnelle, avec l'assistance d'INNOVATION ». Pour conclure, Willi Balz déclare : « Avec le début ponctuel des travaux de construction de Global Tech I, nous avons enfin prouvé que la mutation énergétique pouvait devenir une réalité avec les bons partenaires. »

Pour un complément d'information, veuillez consulter le site www.windreich.ag.

Pour toutes demandes, vous pouvez contacter le service Communications de l'entreprise par téléphone au +49 (0) 7022 / 95 30 60.

Une photo est disponible sur :
http://newsfeed2.equitystory.com/windreich/185870.html
Image caption: Loading 900 ton heavy tripods for the Global Tech I offshore wind farm

Le texte du communiqué issu d'une traduction ne doit d'aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d'origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Nadja Donner
Tél.: 07022/953060
E-mail : n.donner@windreich.ag

Business Wire