BFM Patrimoine

Gérard Rameix prend officiellement les commandes de l'AMF

Gérard Rameix est l'ancien secrétaire général de l'AMF.

Gérard Rameix est l'ancien secrétaire général de l'AMF. - -

L’ex-médiateur du crédit a officiellement été nommé président de l’Autorité des marchés financiers, dans un décret paru ce vendredi 3 août. Il retrouve ainsi une institution au sein de laquelle il a passé douze ans.

La passation de pouvoir est désormais actée. Dans un décret paru ce vendredi 3 août au Journal Officiel, l’ex-médiateur du crédit, Gérard Rameix, est officiellement nommé président de l’Autorité des marchés financiers (AMF). Il succède ainsi à Jean-Pierre Jouyet, en partance pour la Caisse des Dépots.

Le nouveau président de l'AMF revient dans une institution qu'il connaît déjà très bien. Gérard Rameix a en effet déjà passé douze ans au service du régulateur financier. D'abord comme directeur de la Commission des opérations de Bourse, la COB (ancêtre de l’AMF), puis comme secrétaire général de l'AMF, en 2003. Il a occupé ce dernier poste jusqu'en mai 2009. Il effectue ensuite un passage éclair, de sept mois à la Cour des comptes, avant d'être nommé médiateur du crédit par Nicolas Sarkozy.

De ces douze années, il garde des bons et des mauvais souvenirs. Parmi les meilleurs, le feuilleton Sacyr-Eiffage, quand l'AMF avait réussi à prouver des irrégularités dans la tentative de prise de contrôle du Français par l'Espagnol.

Sa première mission sera de "rassurer"

Mais il n'oublie pas non plus le douloureux souvenir de l'affaire Rhodia. Dans ce dossier, le gendarme de la Bourse a été soupçonné d'avoir modifié son rapport d'enquête pour protéger Thierry Breton, alors administrateur du chimiste. Un procès pour diffamation, intenté par Gérard Rameix, est d'ailleurs toujours en cours.

Grâce à ces expériences passées, il "pense avoir les cartes en main" pour mener à bien ses premiers objectifs en tant que président de l'AMF. "Une de mes premières missions sera de rassurer", a-t-il ainsi déclaré, alors que les marchés sont actuellement en proie à la défiance des investisseurs.

Dorothée Balsan et BFMbusiness.com