BFM Patrimoine

Gemalto dégringole en Bourse après son "profit warning" surprise

Gemalto s'effondre en Bourse après un avertissement sur résultats inattendu

Gemalto s'effondre en Bourse après un avertissement sur résultats inattendu - ALAIN JOCARD AFP

L'avertissement lancé mercredi par Gemalto a pris les investisseurs par surprise, faisant plonger son cours de Bourse.

Après avoir perdu jusqu'à 23% dans les premiers échanges de la séance de mercredi, l’action Gemalto a clôturé à -17,6%, à 52,1 euros.

Le leader mondial de la sécurité numérique a pris les investisseurs à contre-pied en lançant un avertissement sur ses perspectives financières 2017.

Problème dans le paiement

À cause principalement d’une activité paiement "plus faible qu’attendu aux États-Unis", le groupe anticipe désormais une baisse de 7% à 9% de ses ventes comparé à 2016.

Gemalto a dû réduire fortement en effet son estimation du marché des cartes de paiement aux États-Unis du fait des stocks élevés de cartes EMV (Europay Mastercard Visa) chez ses clients au premier semestre.

Autre conséquence, sur la rentabilité cette fois, Gemalto envisage désormais un résultat des activités opérationnelles d’un "niveau similaire à celui généré en 2016", qui était de 453 millions d’euros.

Avertissement inattendu

Trois semaines plus tôt pourtant, le groupe avait indiqué attendre un résultat des activités opérationnelles compris entre 500 millions d'euros et 520 millions d'euros, soutenu notamment par les tendances favorables des Programmes gouvernementaux.

"Nous sommes surpris par ce 'profit warning' et surtout son timing", pointent ainsi les analystes d’Oddo Securities.

Pour le broker en effet, la récente confirmation des objectifs le 3 mars par les dirigeants (dans le cadre de la publication de résultats 2016 satisfaisants) "semblait écarter tout risque de déception, du moins à court terme".

Manque de visibilité

"Gemalto n’est pas en mesure de fournir de la visibilité sur ses ventes dans ses activités à coûts fixes", résume pour sa part Bryan Garnier.

De fait, le courtier "ne voit pas de véritable effet de levier pour les années à venir, compte tenu d’une croissance qui devrait rester faible conjuguée à de forts investissements, alors que les principales activités connaissent des difficultés".

François Berthon