BFM Patrimoine

GDF Suez vise un résultat récurrent 2013 dans le haut de sa fourchette d'objectif

BFM Patrimoine
- GDF Suez prévoit d'atteindre en 2013 un résultat net récurrent dans le haut de sa fourchette de prévision - Le groupe s'attend à devoir réviser en baisse la valeur comptable de certains de ses actifs - La dépréciation de ces actifs aurait u

- GDF Suez prévoit d'atteindre en 2013 un résultat net récurrent dans le haut de sa fourchette de prévision

- Le groupe s'attend à devoir réviser en baisse la valeur comptable de certains de ses actifs

- La dépréciation de ces actifs aurait un impact sur le résultat net mais pas sur le résultat net récurrent

- Sur neuf mois, l'excédent brut d'exploitation IFRS ressort à 11,7 milliards d'euros, en baisse de 8,8%

- Sur une base pro forma, l'EBE sur neuf mois s'est établi à 10,3 milliards d'euros, en recul de 6,5%

Résultats de GDF Suez - Neuf premiers mois de 2013 :

L'ESSENTIEL:

PARIS (Dow Jones)--Le géant de l'énergie GDF Suez (GSZ.FR) a annoncé mercredi qu'il visait en 2013 un résultat net récurrent dans le haut de sa fourchette d'objectif, grâce notamment aux effets de son plan de réorganisation Perform 2015, alors que son excédent brut d'exploitation (Ebitda) au 30 septembre a reculé de 8,8% dans un contexte économique et réglementaire défavorable en Europe.

Le groupe de services aux collectivités s'était fixé pour objectif en 2013 un résultat net récurrent de 3,1 à 3,5 milliards d'euros, à climat moyen et régulation stable. Cet objectif repose sur l'estimation d'un excédent brut d'exploitation 2013 de 13 à 14 milliards d'euros, après prise en compte de la mise en équivalence de Suez Environnement (SEV.FR) au premier janvier de cette année, a rappelé le groupe dans un communiqué.

GDF Suez a cependant également indiqué que le groupe anticipait une révision en baisse de la valeur comptable de certains de ses actifs, à l'issue de la révision annuelle de ces valeurs et en raison "de la dégradation persistante des conditions économiques et régulatoires en Europe", qui aurait un impact sur le résultat net mais pas sur le résultat net récurrent. Le montant éventuel de ces dépréciations n'est pas évoqué dans le communiqué.

Sur les neuf premiers mois de l'année, le spécialiste du gaz a dégagé un excédent brut d'exploitation de 11,7 milliards d'euros, en baisse de 8,8% à données brutes mais en recul limité à 0,6% sur une base organique. Cette estimation, établie selon les normes comptables IFRS, prend en compte la consolidation en intégration globale de Suez Environnement jusqu'au 22 juillet 2013.

A données pro forma, c'est-à-dire en supposant la mise en équivalence de Suez Environnement au premier janvier 2012, l'excédent brut d'exploitation du groupe s'établit à 10,3 milliards d'euros, en recul de 6,5% et en baisse organique de 1,4%, en raison de l'impact des cessions d'actifs et des effets de change, ainsi que de conditions économiques et réglementaires défavorables en Europe, a souligné GDF Suez dans son communiqué.

Au 30 septembre, le chiffre d'affaires du groupe est ressorti à 67,7 milliards d'euros aux normes IFRS, ce qui représente un recul de 4,6% et une progression de 2,7% sur une base organique. Il s'établit à 59,6 milliards d'euros à données pro forma, ce qui correspond à une baisse de 0,3% et une hausse organique de 3,4%.

Pour l'année 2013, GDF Suez a également réaffirmé son objectif d'un ratio dette nette sur excédent brut d'exploitation inférieur ou égal à 2,5 et celui de conserver une note de catégorie "A" auprès des agences d'évaluation financière. Au 30 septembre, la dette nette du groupe ressortait à 29,8 milliards d'euros, soit un ratio d'endettement de 2,2, en ligne avec son objectif annuel.

Le groupe, qui compte céder jusqu'à 23 milliards d'euros actifs au cours de la période 2011-2014, a en outre indiqué que "le plan d'actions Perform 2015 mis en oeuvre dans toutes les branches continu[ait] à produire ses effets selon les objectifs attendus".

LE COMMENTAIRE DE L'ENTREPRISE:

"Le groupe a entamé le processus de révision annuelle des valeurs comptables et, à ce stade, il est prévisible que ce processus amène à revoir la valeur de certains de ses actifs de production d'électricité et de stockage de gaz en raison de la dégradation persistante des conditions économiques et régulatoires en Europe, qui affecte l'ensemble du secteur. Cette révision des valeurs comptables, non cash et non récurrente, aurait un effet sur le résultat net part du groupe en 2013 et non pas sur le résultat net récurrent", a indiqué GDF Suez dans un communiqué.

LE CONTEXTE:

GDF Suez évolue dans un contexte européen marqué par un repli de la consommation d'électricité, la hausse de ses coûts et une concurrence exacerbée par les énergies renouvelables bénéficiant de subventions et la profusion de charbon bon marché. A la fin 2012, le groupe a annoncé un plan visant à diminuer sa dette d'un tiers en deux ans et à réduire ses coûts de 3,5 milliards d'euros à l'horizon 2015. Tout en poursuivant son expansion dans des marchés en croissance comme le Brésil et l'Asie, le groupe procède à des cessions afin de tenir ses objectifs. Il a récemment annoncé avoir conclu un accord pour vendre une participation de 28% dans cinq actifs de sa filiale australienne au japonais Mitsui & Co. (8031.TO).

Depuis le début de l'année, le titre a gagné 18,7% à 18,48 euros.

-Ambroise Ecorcheville, Dow Jones Newswires; +33 (0)1 40 17 17 71; ambroise.ecorcheville@wsj.com

(Géraldine Amiel et Eric Chalmet ont contribué à cet article).

COMMUNIQUES FINANCIERS DE GDF SUEZ:

http://www.gdfsuez.com/journalistes/communiques-de-presse/

(END) Dow Jones Newswires

November 13, 2013 02:26 ET (07:26 GMT)

© 2013 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-