BFM Patrimoine

GDF Suez convoite de nouveaux marchés hors d'Europe

BFM Patrimoine
PARIS (Dow Jones)--Le président du conseil d'administration et directeur général de GDF Suez (GSZ.FR) a déclaré mardi que la stratégie d'expansion du groupe d'énergie resterait davantage dirigée vers de nouveaux marchés, car la production d'

PARIS (Dow Jones)--Le président du conseil d'administration et directeur général de GDF Suez (GSZ.FR) a déclaré mardi que la stratégie d'expansion du groupe d'énergie resterait davantage dirigée vers de nouveaux marchés, car la production d'énergie en Europe devient de moins en moins rentable. Gérard Mestrallet a indiqué que les subventions versées pour le secteur de l'énergie renouvelable ainsi que l'impact persistant de la crise économique en Europe, ont poussé GDF Suez à se détourner de son marché traditionnel.

"L'Europe en matière de production d'électricité thermique n'est pas notre priorité", a déclaré Gérard Mestrallet, lors d'une conférence de presse, ajoutant que la stratégie du groupe portait sur l'accélération de son expansion en dehors de cette région. "Nous y réduisons nos volumes de génération électrique", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse.

Les subventions accordées aux groupes dans le but de dynamiser le secteur de l'énergie renouvelable en Europe ont rendu de moins en moins rentable la production d'énergies traditionnelles, en particulier celle du gaz naturel, obligeant de nombreux groupes de services publics à suspendre une bonne partie de leurs capacités de productions.

A la fin 2013, GDF Suez a suspendu environ 10 gigawatts de ses capacités de production et entre 5 et 7 gigawatts de capacités supplémentaires font actuellement l'objet d'un examen.

Ce "traitement de choc" était l'unique réaction possible face à ce qui fut et reste encore une "situation difficile", a indiqué Gérard Mestrallet.

GDF Suez fait partie d'un bloc composé de 12 énergéticiens européens, qui fournit plus de la moitié des consommateurs européens, a appelé à la fin de l'année dernière à mettre un terme aux subventions versées pour les "énergies renouvelables matures" telles que l'éolien terrestre et le solaire.

En dehors de la situation en Europe, Gérard Mestrallet a insisté sur le fait que la stratégie d'expansion du groupe portait sur la croissance organique, s'autorisant seulement des acquisitions de petites et moyennes taille.

Le groupe cherche à conserver sa note de crédit de type "A" et garder un oeil sur son endettement qui a atteint 45 milliards d'euros après l'acquisition d'International Power en 2012 puis est retombé à 30 milliards d'euros à la-mi 2013, un an et demi avant l'objectif fixé.

Gérard Mestrallet a démenti les rumeurs selon lesquelles le groupe convoitait Talisman Energy.

Interrogé au sujet de la création d'une coentreprise franco-allemande dans l'énergie, évoquée dernièrement par le président de la République François Hollande, Gérard Mestrallet a déclaré que GDF Suez rejoindrait éventuellement une telle initiative, seulement si celle-ci était dans son intérêt.

-Géraldine Amiel, Dow Jones Newswires.

(Version française, Marie Testard)

(END) Dow Jones Newswires

January 21, 2014 07:09 ET (12:09 GMT)

© 2014 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-