BFM Patrimoine

Facebook prospère mais jusqu'à quand ? - Plus USA

BFM Patrimoine
Miriam Gottfried THE WALL STREET JOURNAL NEW YORK (Dow Jones)--Et si "j'aime" laissait la place à "j'aime pas"? Facebook (FB) a annoncé mercredi des bénéfices supérieurs aux attentes au titre du troisième trimestre. Mais c'e

Miriam Gottfried

THE WALL STREET JOURNAL

NEW YORK (Dow Jones)--Et si "j'aime" laissait la place à "j'aime pas"?

Facebook (FB) a annoncé mercredi des bénéfices supérieurs aux attentes au titre du troisième trimestre. Mais c'est surtout le chiffre d'affaires du réseau social - en particulier la part réalisée dans le mobile - qui a retenu l'attention. Le chiffre d'affaires total de Facebook a grimpé de 60% à 2,02 milliards de dollars, avec des recettes publicitaires en progression de 66% à 1,8 milliard de dollars. La publicité sur les mobiles a représenté 49% de ce montant, contre 41% au deuxième trimestre.

Un public versatile

La capacité de Facebook à gérer la transition vers le mobile va jouer un rôle déterminant dans sa croissance.

Facebook a reconnu que la fréquentation de son réseau par les adolescents pourrait être en train de s'éroder, ce qui a sonné comme un rappel des risques liés au caractère inconstant de cette catégorie de clientèle. Les résultats du groupe ont également mis en évidence sa dépendance vis-à-vis d'une seule source de revenus: la publicité.

Questions autour du modèle économique

En outre, l'augmentation du nombre d'utilisateurs de Facebook vient surtout des marchés hors Etats-Unis, où le groupe pourrait avoir plus de mal à monétiser sa croissance. Le réseau social compte le même nombre d'annonceurs en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique qu'aux Etats-Unis. Mais le chiffre d'affaires moyen par utilisateur aux Etats-Unis et au Canada équivaut à quatre fois celui dans les autres régions.

Le revenu moyen par utilisateur de Facebook continue de croître pour le moment. Personne n'a envie de penser à la pénurie en période d'abondance. Mais les annonceurs aujourd'hui friands de publicités sur les mobiles n'ont certainement pas un appétit illimité.

-Miriam Gottfried, The Wall Street Journal

(Version française Lydie Boucher)

(END) Dow Jones Newswires

October 31, 2013 06:18 ET (10:18 GMT)

© 2013 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-