BFM Patrimoine

Europe: vers une fin de semaine déprimée sur les marchés.

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Les Bourses européennes se dirigeaient vers une fin de séance dans le rouge, le blocage dans les discussions aux Etats-Unis rendant de plus en plus probable le scénario du fiscal cliff qui pourrait casser la croissance améri

(CercleFinance.com) - Les Bourses européennes se dirigeaient vers une fin de séance dans le rouge, le blocage dans les discussions aux Etats-Unis rendant de plus en plus probable le scénario du fiscal cliff qui pourrait casser la croissance américaine.

Lisbonne reculait de 0,8%, Amsterdam de 0,7% et Milan de 0,5%, devant Zurich, Francfort, Bruxelles et Madrid (-0,4%), ainsi que Londres et Paris (-0,3%). Par comparaison, Wall Street abandonnait 0,7%.

L'angoisse dominait alors que la menace du fiscal cliff semblait se préciser. 'Un accord sur la falaise fiscale aux États-Unis pourrait ne pas être trouvé à temps pour empêcher l'activation automatique de coupes budgétaires et de hausses d'impôts', indiquait RTFX.

Le président de la Chambre des Représentants, John Boehner, a en effet échoué à organiser un vote sur le 'plan B' des républicains, et les discussions avec les démocrates devraient se prolonger pendant la trêve des confiseurs.

L'inquiétude sur ce dossier semblait d'ailleurs avoir pesé sur le moral des ménages américains qui a enregistré une baisse plus prononcée que prévu : l'indice 'UMich' a été révisé à 72,9, contre 74,5 en estimation préliminaire et 82,7 en novembre.

Toujours au chapitre des données américaines, les commandes de biens durables ont augmenté de 0,7% en novembre, soit un peu moins que prévu. Hors transports, la hausse des commandes a atteint 1,6%.

Sur le même mois, les dépenses des ménages se sont accrues de 0,4% pour des revenus en progression de 0,6%, ce qui se traduit par une hausse du taux d'épargne de 3,4% en octobre à 3,6% le mois dernier.

En Europe, le PIB du Royaume Uni s'est finalement accru de 0,9% au troisième trimestre 2012 par rapport au deuxième, selon l'ONS qui a donc révisé en baisse de 0,1 point son estimation précédente.

Barclays Bourse rappelait en outre que ce vendredi marquait la journée des 'quatre sorcières' (échéances des contrats futurs et options), et que donc, de la volatilité était à prévoir pour cause de débouclage de positions.

Sur le plan des valeurs, Nokia perdait 3,4% à un peu plus de trois euros à Helsinki, après un accord à l'amiable entre le fabricant finlandais de portables et Research In Motion pour clore les poursuites judiciaires engagées dans une affaire de brevets.

BAE Systems reculait de 1,2% à 343,7 pence à Londres, malgré un contrat de 2,5 milliards de livres auprès des forces aériennes du sultanat d'Oman, portant notamment sur la fourniture de 12 avions militaires Typhoon.

Aéroports de Paris dévissait de 5,3% à 58,7 euros et essuyait de loin la plus lourde perte du SBF120 parisien, sanctionné pour un abaissement de ses prévisions à horizon 2015 en raison de l'évolution du trafic et des perspectives économiques constatée depuis l'été.

Parmi les valeurs dans le vert à Francfort, Adidas gagnait 0,4% à 67,4 euros, profitant des résultats meilleurs que prévu dévoilés jeudi soir par son concurrent Nike au titre de son deuxième trimestre comptable.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance