BFM Patrimoine

Europe: la situation d'Athènes angoisse les opérateurs.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - L'ouverture en berne des indices américains cet après-midi conforte les Bourses européennes dans leur morosité, sur fond de craintes au sujet de la situation financière de la Grèce alors que les discussions peinent entre A

(CercleFinance.com) - L'ouverture en berne des indices américains cet après-midi conforte les Bourses européennes dans leur morosité, sur fond de craintes au sujet de la situation financière de la Grèce alors que les discussions peinent entre Athènes et ses partenaires européens.

Francfort abandonne ainsi 2%, Londres 1,5%, Madrid et Milan 1,3%, Lisbonne 1,2%, Amsterdam 1%, Paris et Zurich 0,9% et Bruxelles 0,3%. A Francfort, le Dow Jones recule encore de 0,6% et le Nasdaq de 0,9%.

'La récente volatilité du compartiment obligataire a joué un grand rôle dans le parcours agité des marchés d'actions dernièrement', soulignait ce matin IG. Cet après-midi encore, les taux à 10 ans se tendent, y compris pour le Bund allemand (+7 points de base à 0,68%).

Les opérateurs redoutent qu'à bout de patience, la BCE ne tarisse la principale source de financement des banques grecques, l'Emergency Liquidity Assistance, ce qui rendrait la menace d'un défaut d'Athènes de plus en plus imminent.

'Les discussions se poursuivent entre la Grèce et ses principaux créanciers (...) mais en dépit des progrès de la Grèce en matière de réformes, les membres de l'Eurogroupe continuent de montrer leur exigence et attendent plus', notait d'ailleurs ce matin Saxo Banque.

En l'absence de donnée statistique ce jour - hormis une hausse de 0,5% de la production industrielle britannique en mars - l'attention des investisseurs se concentre sur une actualité des sociétés assez fournie.

Ainsi, ThyssenKrupp se distingue à Francfort avec un gain de 3,4%, salué pour un relèvement d'objectif annuel à l'occasion de la présentation de résultats supérieurs aux attentes au titre de son premier semestre comptable.

En revanche, Deutsche Post DHL (-5,9%) essuie le plus lourd recul du DAX, sanctionné pour un début d'exercice assez terne avec notamment un profit opérationnel légèrement inférieur au consensus de marché.

Thomas Cook se distingue à Londres en prenant 3,2%, à la faveur d'une note de Credit Suisse, qui relève son opinion de 'neutre' à 'surperformance' et son objectif de cours de 159 à 180 pence sur le titre du voyagiste.

easyJet plonge par contre de 10%, à la suite de la publication par la compagnie aérienne à bas coûts de résultats en amélioration sur les six premiers mois de son exercice, mais accompagnés de réservations stables pour cet été.

Ahold prend 0,9% à Amsterdam et Delhaize 1,3% à Bruxelles, grâce à la confirmation de discussions préliminaires entre les deux distributeurs alimentaires en vue d'envisager un rapprochement structurel entre eux.

Lui aussi dans le haut du Bel 20, KBC prend 1,2%, l'établissement bancaire belge ayant pu revendiquer un début d'année 'exceptionnellement vigoureux' en 2015, avec un bénéfice net de 510 millions d'euros sur le premier trimestre.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance