BFM Patrimoine

Europe: la semaine boursière commence dans la déprime.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Une nouvelle fois entrainés par la chute sans fin des cours du pétrole, les marchés actions européens commencent dans la déprime cette semaine riche en indicateurs économiques avant les rendez-vous cruciaux prévus en janv

(CercleFinance.com) - Une nouvelle fois entrainés par la chute sans fin des cours du pétrole, les marchés actions européens commencent dans la déprime cette semaine riche en indicateurs économiques avant les rendez-vous cruciaux prévus en janvier.

Milan abandonne 3,4%, Paris 2,9%, Madrid 2,8%, Lisbonne 2,6%, Francfort 2,4%, Bruxelles et Amsterdam 2%, Londres perd 1,5% et Zurich 0,3%. A New York, le Dow Jones dévisse de 1,1% et le Nasdaq de 0,9%.

'Le FTSE démarre cette première semaine complète de 2015 dans un esprit quelque peu déprimé, les opérateurs peinant à trouver des raisons poussant à l'optimisme', résume un analyste marchés chez Trustnet Direct.

'Trois rendez-vous seront sources de volatilité', prévient Barclays Bourse, qui pointe un avis de la Cour de justice de l'UE sur le programme d'achat d'obligations souveraines (14 janvier), la réunion de la BCE (22 janvier) et les élections législatives en Grèce (25 janvier).

En attendant, le calendrier statistique s'annonce particulièrement chargé cette semaine, avec par exemple les indices PMI et ISM, l'inflation dans la zone euro et surtout le rapport mensuel sur l'emploi américain, vendredi.

Ce dernier devrait constituer, selon Aurel BGC, 'le principal moteur de la semaine' aux côtés des minutes de la dernière réunion de la Fed (mercredi), qui 'permettront d'en savoir un peu plus sur l'état des débats entre ses membres et sur l'évolution de leur communication'.

'Les modifications du communiqué étaient très modérées le 17 décembre dernier, mais elles semblaient viser à préparer les investisseurs à une amorce de remontée des taux directeurs plus précoce qu'ils l'anticipent pour l'heure', rappelle le bureau d'études.

En attendant, la menace déflationniste semble se confirmer dans la zone euro : le taux d'inflation en rythme annuel chute à +0,2% en Allemagne en décembre 2014, et il faut ainsi remonter à octobre 2009 pour retrouver un taux plus bas (0%).

Sur le plan des valeurs, la chute des cours du pétrole (-3,5% à 50,8 dollars sur le baril de WTI) entraine dans son sillage les poids lourds du secteur comme BP (-4% à 394 pence à Londres) ou Total (-4,8% à 40,5 euros à Paris).

Ryanair gagne 1,5% à près de 10 euros à Londres, grâce à l'annonce d'une hausse de 20% du trafic de la compagnie aérienne à bas coûts sur le mois de décembre 2014, à un peu plus de six millions de passagers transportés.

Tesco cède 2,9% à moins de 183 pence, alors que le groupe de distribution pourrait annoncer d'importantes réductions d'effectifs à l'occasion de son point d'activité prévu jeudi prochain, d'après le Sunday Times.

A Paris, Club Méditerranée recule de 2,3% à 24,5 euros, à la suite du refus d'Andrea Bonomi de surenchérir sur l'offre de Fosun, ouvrant ainsi la voie à un rachat du groupe de tourisme par le fonds d'investissement chinois.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance