BFM Patrimoine

Est-ce le moment de parier sur la reprise en France?

Malgré une hausse de plus de 40% sur un an, un titre comme Orange pourrait encore bénéficier d'un potentiel de hausse supplémentaire, avec l'amélioration de la conjoncture en France.

Malgré une hausse de plus de 40% sur un an, un titre comme Orange pourrait encore bénéficier d'un potentiel de hausse supplémentaire, avec l'amélioration de la conjoncture en France. - Denis Charlet - AFP

Après quasiment 18% de gains annuels pour le CAC40 depuis le début de l’année, essentiellement alimentés par un mouvement général d’achat sur toute la zone euro, est-ce le moment de regarder du côté des perspectives des valeurs strictement franco-françaises ? Un pari pas dénué de risques, mais que les gérants commencent à étudier de près.

Jouer le coup d’après. Le travail des marchés et de leurs acteurs, traders, gérants, analystes, est de toujours anticiper la tendance pour se placer au bon moment et au bon endroit. Et clairement depuis l’été dernier, il fallait être sur les actions européennes de manière générale et ne surtout pas les lâcher.

Mais pour anticiper les tendances futures, faut-il maintenant aller vers les cas particuliers, passer en mode "Stock Picking", choix précis, pour aller chercher les relais de croissance futurs ? La France est une option que les gérants considèrent de plus en plus intéressante.

Les pousses vertes de la reprise?

Même si la situation économique n’est pas brillante, que les indicateurs d’activité, notamment les PMI au niveau européen, montrent une France à la traîne de la reprise, avec un taux de chômage toujours haut. Mais il existe quelques signes de frémissement en matière de croissance, en matière de sentiment économique ou de confiance des ménages, notamment vis-à-vis de l’emploi pour l’avenir.

Et c’est là-dessus que s’articule le pari des gérants français. Les valeurs françaises pourraient bénéficier d’une sorte d’effet-rattrapage particulier au sein de l’effet-rattrapage européen global. Un levier de perspectives boursières sur lesquels on peut échafauder 2 grandes stratégies.

Grosses multinationales ou PME 

Une première stratégie plutôt mixte, qui consiste à penser que la France va être un moteur de croissance complémentaire pour beaucoup de grosses valeurs qui ont déjà bien grimpé cette année, et qui pourront poursuivre le mouvement. Tout dépend de leur exposition au marché français.

Mais des valeurs comme Elior, Faurecia, pourquoi pas Vinci, Veolia ou Orange sont dans ce cas-là. Leur implantation en France est large, suffisamment pour devenir un accélérateur de performance alors que jusqu’à présent cela constituait plus un boulet qu’autre chose. Dans ce cas-là, on se mettrait à parier sur une sorte de phase 2 de reprise, avec une tendance extrêmement positive sur le long terme.

Facteur risque important

Deuxième stratégie, parier totalement sur le marché intérieur et sur la demande domestique. Dans ce cas, plutôt regarder des petites et moyennes valeurs, équipements de la maison, matériel domestique, et pourquoi pas l’immobilier.

Stratégie à deux vitesses, mais qui n’est pas sans risques. Encore une fois la France est à la traîne du reste de l’Europe et il faudra que les timides pousses vertes de l’économie du pays se concrétisent pour pouvoir échafauder des scenarii de ce type. Sans compter que les nombreuses années de demande domestique en berne ont fait des dégâts chez beaucoup d’entreprises, surtout les petites.

Stratégie à rebrousse-poil

De plus, cette logique s’inscrirait totalement à l’inverse de ce qui alimente le marché action européen et français pour le moment : une logique de flux, basée sur des gros investisseurs qui achètent la tendance en elle-même, pas les cas particuliers, via des fonds et des indices. Jouer totalement la logique de reprise française trop tôt pourrait se révéler très risqué.

La manière la plus simple de faire prospérer des investissements boursiers, jusqu’à preuve du contraire, reste quand même d’épouser la tendance de marché. Commencer à parier sur la reprise française dès maintenant est un pari audacieux, qui pourrait se révéler payant sur le long terme, mais qui nécessite un excellent timing. Et notamment quelques indices plus probants de nature à indiquer que la conjoncture s’améliore en France de manière décisive.

Antoine Larigaudrie