BFM Patrimoine

Ernst & Young : l’Europe pourrait-elle être la prochaine grande destination pour les investisseurs dans les prêts non productifs ?

BFM Patrimoine
L'enquête annuelle d'Ernst & Young sur les prêts en difficulté révèle un changement majeur au moment où l'émergence du marché européen des prêts non productifs (PNP) fournit aux investisseurs internationaux des

L'enquête annuelle d'Ernst & Young sur les prêts en difficulté révèle un changement majeur au moment où l'émergence du marché européen des prêts non productifs (PNP) fournit aux investisseurs internationaux des opportunités de diversification et d'accès à des rendements plus élevés.

Bien que le marché américain des PNP soit resté actif en 2012 et le centre d'attention de nombreux investisseurs internationaux, selon le rapport Flocking to Europe: Ernst & Young 2013 non-performing loan Direction l'Europe : rapport 2013 d'Ernst & Young sur les prêts non productifs), l'Europe est en passe de devenir un marché PNP à part entière, avec un montant total de PNP estimé à 1 billion d'euros figurant à présent dans les bilans des banques de la région.

Christopher Seyfarth, associé au service des Transactions immobilières d'Ernst & Young LLP, a déclaré : « L'enquête de cette année indique un appétit croissant pour les produits PNP européens parmi les investisseurs des deux côtés de l'Atlantique qui cherchent à la fois à diversifier leurs investissements et à accéder à des rendements potentiellement plus élevés sur un marché émergent ».

C'est la première fois que le rapport annuel d'Ernst & Young sur les PNP étudie le regard que portent les sondés sur les opportunités d'investissement des deux côtés de l'Atlantique, les investisseurs européens représentant près d'un tiers des personnes consultées en janvier.

Daniel Mair, associé aux services de conseil en transactions d'Ernst & Young GmbH, a déclaré : « Les PNP garantis par des propriétés commerciales en Allemagne, au Royaume-Uni, en Irlande et en Espagne suscitent actuellement un grand intérêt de la part des investisseurs. Les banques allemandes et britanniques ont déjà été confrontées à de nombreuses difficultés mais il est clair que les investisseurs anticipent davantage de produits PNP et que ces marchés d'investissement restent très populaires ». En réponse à une question portant sur leur intérêt principal dans les 12 prochains mois, près de la moitié des personnes interrogées ont répondu l'Allemagne, le Royaume-Uni arrivant en deuxième position pour près de 40 % d'entre elles.

Ventes européennes de PNP

Les ventes de PNP pourraient augmenter en Europe si les investisseurs accordaient davantage de confiance dans la stabilité de l'économie européenne et dans l'euro et s'ils étaient davantage en mesure de satisfaire aux attentes des cours vendeur. Les récents remous à Chypre ont manifestement affaibli cette confiance mais, du fait de la réaction relativement modeste des marchés, peu de dommages permanents semblent avoir laissés des marques à ce jour. Quoi qu'il en soit, l'activité de vente n'en est qu'à ses débuts et les banques pourraient vendre des PNP pendant encore un certain temps.

Ventes américaines de PNP

Selon le rapport, le marché des prêts non productifs aurait été moins actif aux États-Unis l'année dernière simplement parce les opportunités d'investissement étaient moins nombreuses. La Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC) n'a pas été aussi active dans la vente de prêts en 2012 et le montant net des PNP dans les portefeuilles des banques américaines est en baisse.

« Le marché américain n'a pas atteint les volumes de vente attendus par les investisseurs et, avec la poursuite de la reprise des banques, les opportunités pour les investisseurs deviennent plus limitées au fil du temps. Toutefois, une quantité importante de PNP restent inscrits dans leurs livres », a affirmé M. Seyfarth.

M. Seyfarth souligne également que certaines transactions sur les PNP n'ont pas été finalisées simplement parce que les investisseurs et les banques ne sont pas parvenus à s'entendre sur les prix, et que d'autres sont simplement restées à l'écart du marché. Néanmoins, les personnes interrogées s'attendent à ce que le marché américain des PNP reste actif, mais pendant une période apparemment plus courte que ce qu'elles anticipaient il y a un an. Largement plus de la moitié d'entre elles estiment que les opportunités en matière de PNP subsisteront en Europe pendant au moins trois ou quatre ans, tandis qu'un pourcentage similaire des investisseurs envisage une extinction du marché américain actuel des PNP dans un délai de 24 mois.

« L'économie américaine poursuit sa croissance faible mais régulière, certains marchés de l'immobilier commercial connaissent une amélioration et les prix des biens sont en hausse ; cela n'est toutefois pas systématique dans toutes les régions et tous les secteurs immobiliers. Des difficultés persistent mais ces développements devraient aider à combler l'écart de prix entre les vendeurs et les investisseurs et ainsi rendre les conditions plus favorables pour les ventes de PNP », a expliqué M. Seyfarth.

En outre, comme le montrent les résultats de l'étude de 2013, les banques et les agents de créances hypothécaires commerciales font face à un volume régulier de prêts arrivant à maturité au cours des prochaines années. Cela risque donc d'entraîner à nouveau une augmentation des PNP. « Ce risque pourrait inciter les banques et les gestionnaires de prêts spéciaux à accélérer les ventes de leurs PNP existants ainsi que des prêts peu productifs », a conclu M. Seyfarth.

-fin-

Remarques à l'attention de la rédaction

À propos du rapport Flocking to Europe: Ernst & Young 2013 non-performing loan (Direction l'Europe : rapport 2013 d'Ernst & Young sur les prêts non productifs)

À la base de ce rapport, Ernst & Young a interrogé des investisseurs et des participants du marché en Europe et aux États-Unis, leur demandant de répondre à dix questions concernant leur activité d'investissement en matière de prêts non productifs ainsi que leurs perspectives pour ce secteur. Les réponses ont été recueillies entre fin novembre 2012 et mi-janvier 2013. Pour télécharger l'intégralité du rapport de 2013 sur les prêts non productifs, veuillez visiter http://www.ey.com/realestate

À propos d'Ernst & Young

Ernst & Young est l'un des leaders mondiaux de services dans les domaines de l'assurance, de la fiscalité, des transactions et du conseil. Ses 167 000 collaborateurs à travers le monde sont unis par des valeurs communes et par un engagement inébranlable envers la qualité. La société aide ses collaborateurs, ses clients et ses communautés au sens large à réaliser leur potentiel.

Ernst & Young désigne l'ensemble des sociétés membres d'Ernst & Young Global Limited, chacune fonctionnant en tant qu'entité juridique distincte. Ernst & Young Global Limited, une société britannique à responsabilité limitée par garantie, ne fournit aucun service direct aux clients. Pour de plus amples informations au sujet de notre entreprise, veuillez vous rendre sur le site www.ey.com.

Ce communiqué de presse a été publié par EYGM Limited, un membre de l'organisation mondiale Ernst & Young, qui ne fournit aucun service direct à la clientèle.

Le texte du communiqué issu d'une traduction ne doit d'aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d'origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Daniel Cusworth
Ernst & Young, Relations avec les médias au niveau mondial
+44 (20) 7980 0402
daniel.cusworth@uk.ey.com
ou
Andrew Neilly/Tim Gallen
Gallen Neilly Associates.
+1 925 930 9848
andrew@gallen.com
tim@gallen.com

Business Wire