BFM Patrimoine

EDF: perspectives favorables, possible hausse des tarifs.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Le gouvernement a écarté mercredi la proposition faite par la Commission de régulation de l'énergie (CRE) d'un relèvement compris entre 6,8% et 9,6% des prix de l'électricité en France. Dans un rapport publié hier dans l

(CercleFinance.com) - Le gouvernement a écarté mercredi la proposition faite par la Commission de régulation de l'énergie (CRE) d'un relèvement compris entre 6,8% et 9,6% des prix de l'électricité en France.

Dans un rapport publié hier dans la matinée, la CRE propose une évolution tarifaire à appliquer dès cet été en vue de couvrir les surcoûts de production et de commercialisation d'EDF.

Dans un communiqué paru dans la foulée, le Ministère de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie assure que le gouvernement n'envisage pas de procéder au rattrapage du retard accumulé depuis plusieurs années dans l'immédiat 'compte tenu de la situation du pouvoir d'achat' des ménages.

Une décision tarifaire devrait être prise au mois de juillet après une 'analyse précise' de la situation, a-t-il fait valoir.
La CRE estime à environ 5,1% par an l'augmentation des charges fixes d'exploitation d'EDF au cours des cinq dernières années.

Rien que pour 2012, l'écart entre les coûts annuels d'EDF et les tarifs fixés à l'été 2012 appliqués sur les volumes de ventes s'élève à près de 1,5 milliard d'euros, d'après la commission.

Pour combler ce retard, la CRE suggère une hausse de 6,8% des tarifs 'bleus' destinés aux particulier à l'été 2013 dans l'hypothèse d'un allongement de 10 ans de la durée de vue des centrales nucléaires et de 9,6% sans recours à l'allongement.

HSBC relève sa recommandation sur EDF, passant de 'neutre' à 'surpondérer', et relève l'objectif de cours à 21 euros, contre 17 euros précédemment.

Le bureau d'études salue l'amélioration des perspectives et la meilleure visibilité sur les tarifs. L'analyste met en lumière l'attrait des projets menés en lien avec le Royaume-Uni.

Morgan Stanley réitère sa recommandation 'surpondérer' sur EDF, assortie d'un objectif de cours de 19 euros.

Au-delà de la proposition de la commission concernant une éventuelle hausse des tarifs, l'intermédiaire veut retenir les conclusions du rapport sur les bénéfices d'une extension de la durée de vie des centrales nucléaires, un élément qui pourrait retarder la décision de fermer rapidement certaines centrales et qui réduit le profil de risque associé au dossier EDF selon lui.

'S'il n'a rien de contraignant, ce rapport établit les fondements d'un analyse économique non-partisane qui pourrait servir de base aux futures décisions du gouvernement', estime Morgan Stanley.

Plus globalement, l'analyste étaye son opinion positive sur la valeur par un profil risque/rendement jugé favorable, un rendement du dividende attrayant et toute une série de projets et de catalyseurs à venir pour les prochaines semaines.

Crédit Suisse a renouvelé aujourd'hui son opinion 'neutre' sur le titre EDF, avec un objectif de cours établi à 17,5 euros.

Le broker estime que le rapport rendu public hier par la CRE met le gouvernement sous pression pour que les tarifs de l'électricité soient relevés dans une proportion supérieure aux 2% de hausse évoqués l'an dernier.

D'après lui, l'action EDF pourrait valoir jusqu'à 18,5 euros si les recommandations du régulateur devaient être appliquées, contre seulement 17,5 euros dans le cadre d'un scénario de base.

Mais pour Crédit Suisse, le gouvernement s'apprête à opter pour un relèvement de prix qui ne devrait pas dépasser de 1% le niveau de l'inflation, ce qui signifie que le titre EDF vaudrait 18 euros.

Natixis relève également sa recommandation sur EDF à 'acheter' contre 'neutre' jusqu'à présent, avec un objectif porté à 23,5 euros contre 16,2 euros auparavant après la publication des préconisations tarifaires de la CRE.

L'intermédiaire estime que la dynamique favorable enregistrée par EDF depuis le début de l'année commence à prendre corps, avec en perspective d'autres bonnes nouvelles.

Natixis souligne qu'aux conclusions de la CRE viennent s'ajouter une actualité positive depuis le début de l'année, notamment avec l'effet favorable de la météorologie de l'hiver 2013.

D'après l'analyste, ces éléments ont permis de nettement améliorer la perception du marché sur le titre.

Il cite comme autres catalyseurs potentiels l'évolution du prix de l'ARENH, auquel EDF vend sa production nucléaire, ainsi qu'une ouverture partielle du capital de RTE, actuellement détenu à 50% par l'électricien.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.

Cercle Finance