BFM Patrimoine

Devises: l’euro reprend sa descente

L'Euro a repris sa descente contre Dollar, après plusieurs semaines de relative stabilité, peut-être de quoi viser à nouveau un objectif de parité.

L'Euro a repris sa descente contre Dollar, après plusieurs semaines de relative stabilité, peut-être de quoi viser à nouveau un objectif de parité. - Philippe Huguen - AFP

Après l’accord trouvé pour de nouvelles négociations sur la dette grecque, l’euro a l’air de reprendre une tendance baissière face au dollar, et semble prend en compte également le raffermissement à venir de la devis américaine.

La Grèce n’aura-t-elle été qu’une parenthèse ? Réaction étonnante de la devise européenne face à une phase de crise, qui une fois de plus mettait en péril sa solidité… L’euro aura finalement été sa propre planche de salut, assurant une stabilité remarquable entre début mai et mi-juillet, oscillant autour d’1,10 et 1,12 face au dollar.

Mais désormais la devise européenne a repris sa descente contrôlée entamée il y a un an, mouvement impulsé à la fois par la mise en place des mesures de soutien à l’économie de la BCE, le Quantitative Easing, et le début des perspectives de remontée des taux du côté de la Réserve Fédérale américaine.

Une "opportunité" avant la fin de l’année

Le passage de l'euro sous le seuil d’1,10 dollar semble désormais signifier que les marchés tournent la page de la crise grecque pour le moment, et se concentrent à nouveau sur les fondamentaux du moment. Les derniers propos de Janet Yellen, la patronne de la FED, confirmés par son témoignage périodique devant le Congrès américain.

La présidente maintient qu’une hausse des taux de la FED sera opportune avant la fin de l’année, si l’économie américaine poursuit son chemin sur les tendances actuelles comme prévu. Elle constate aussi que le paramètre numéro 1 pour elle, la santé du marché du travail, est en cours d’amélioration, mais que l’emploi américain n’est pas en situation de " tension" pour autant, en clair le potentiel n’a pas encore atteint son maximum.

Signaux à confirmer

Un signe encourageant, le baromètre que va suivre la FED pour vraiment choisir le meilleur timing pour sa hausse de taux, le niveau des salaires. Janet Yellen constate des signes plutôt intéressants à ce niveau mais qui méritent d’être confirmés, d’autant que sur la période mai-juin l’inflation salariale est vraiment minime, dans un contexte de stabilité des prix.

Donc des signes plutôt positifs, doublés d’observations plutôt rassurantes autour de l’impact escompté des turbulences de marché en Chine, ou de la crise grecque sur l’Economie américaine, certes regardées de très près par la FED, mais pas de nature à enrayer la croissance du pays.

Marge de manœuvre et souplesse

Enfin la problématique du dollar trop fort ne semble pas non plus trop inquiéter la Réserve Fédérale, les entreprises américaine semblant s’être bien adaptées ces derniers mois, il faudra sans doute plus de précisions à ce sujet pour se faire une idée, et la vague actuelle de résultats trimestriels sera un excellent baromètre à ce niveau.

Malgré tout, Janet Yellen encore une fois se donne toute la marge de manœuvre pour agir, et suffisamment de souplesse pour arriver au meilleur timing, puisque politiquement la patronne de la FED doit agir pour s’adapter aux fondamentaux de l’économie américaine.

Retour à la parité?

Mais encore une fois la fenêtre de tir est mince… ce qui fait que les marchés travaillent sur une hypothèse de hausse de taux qui interviendrait soit en octobre, soit en décembre, avec une majorité pour la dernière option.

Ce qui explique que le mouvement coordonné "Hausse du Dollar/Baisse de l’Euro" a repris, sans être encore trop violent, après la pause de mai-juin. Depuis un peu plus d’un an, on est passé d’1,37 à 1,05 au plus bas. Les cambistes qui parient sur un retour à la parité entre les deux monnaies vont pouvoir jouer à nouveau leur scénario, certains comme Goldman Sachs ou Deutsche Bank prévoyant avant la crise grecque 1,05 ou même 0,95 à la fin de l’année-début de l’année prochaine.

>> Suivez les cours de l'euro dollar en temps réel en cliquant ici.

Antoine Larigaudrie