BFM Patrimoine

Devises: l'euro à l'assaut des 1,14 dollar.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Toujours plus haut : c'est maintenant le niveau des 1,14 dollar que l'euro teste ce midi sur le marché des changes après des statistiques américaines décevantes. Et ce d'autant que les rendements dans la monnaie unique europ

(CercleFinance.com) - Toujours plus haut : c'est maintenant le niveau des 1,14 dollar que l'euro teste ce midi sur le marché des changes après des statistiques américaines décevantes. Et ce d'autant que les rendements dans la monnaie unique européenne se tendent rapidement. A cette heure, l'euro prenait encore 0,13% contre le dollar à 1,1359, non sans avoir marqué un point haut à 1,1395.

En un mois, l'euro a maintenant repris environ 5% contre le dollar, le yuan chinois, le won sud-coréen, et même 8% environ contre la roupie indienne, la livre turque ou le peso mexicain.

Le Vieux Continent tire notamment parti d'indicateurs témoignant d'une amélioration conjoncturelle, alors que le dossier grec n'inquiète guère. “La devise européenne a été soutenue, hier, par l'annonce d'un remboursement prévue de 200 millions d'euro de la Grèce au FMI. Elle a aussi profité de la publication du PMI composite de la zone, proche en mars de son plus haut niveau en 11 mois”, commente ce matin un analyste parisien.

C'est peut-être ce qui explique que les rendements à 10 ans des Bunds, les obligations d'Etat allemandes à dix ans, soit passés de presque 0% le 20 avril dernier à 0,64% à ce jour. En France, le rendement de l'OAT s'est envolé de 0,36% à 0,97% sur la période. Durant la même période, le rendement américain correspondant n'est passé “que” de 1,89% à 2,28%.

Autre élément favorable à l'euro : des statistiques américaines toujours décevantes. Hier, le rapport sur l'emploi publié par l'institut privé ADP hier n'a témoigné que de 169.000 créations de postes en avril, contre 200.000 attendues, et un chiffre précédent de 175.000.

Dans ce contexte, le rapport officiel sur l'emploi tel que le publiera demain le Bureau of Labor Statistics (BLS) suscite un regain de doutes : le dernier consensus disponible misait sur 220.000 créations le mois dernier, après 129.000 en mars.

Et ce même si on a appris ce matin que les commandes à l'industrie allemande n'ont rebondi que de 0,9% au mois de mars par rapport à février, alors que le consensus anticipait une progression de l'ordre de 1,5%.

La monnaie unique européenne perd 0,13% contre le yen à 135,33 et 0,76% face au franc suisse à 1,0311. Mais elle gagnait aussi 0,33% contre le sterling en ce jour d'élections législatives au Royaume-Uni, à 0,7461.

Nombre de courtiers craignent qu'aucune majorité ne se dégage au terme du scrutin qui constituerait alors un facteur d'instabilité gouvernementale, et serait donc nocif pour l'économie britannique.

Comme l'indique Oddo & Cie ce matin, “si le Premier ministre David Cameron l'emporte, il a promis un référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne. Si le Parlement est trop divisé, la formation d'un nouveau gouvernement pourrait prendre des semaines. L'incertitude en résultant et le risque d'un possible 'Brexit' devraient peser sur l'activité économique”.

Fériée en France, la journée de demain ne manquera pas cependant de statistiques : “vendredi sera la journée la plus chargée de la semaine avec des attentes importantes de la part des cambistes au sujet : des minutes de la réunion de politique monétaire au Japon, de la production industrielle en Allemagne et du rapport mensuel sur l'emploi aux Etats-Unis”, indique Saxo Banque.

Cet après-midi, les cambistes se mettront sous la dent les inscriptions hebdomadaires au chômage américaines, attendues à 280.000 après 262.000 huit jours plus tôt.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance