BFM Patrimoine

Comment Nintendo a perdu 4 milliards de dollars en deux jours

Sur deux jours, la valeur a dégringolé de 15%, sa plus forte chute sur cette période depuis février 2009.

Sur deux jours, la valeur a dégringolé de 15%, sa plus forte chute sur cette période depuis février 2009. - Kazuhiro Nogi - AFP

L'action du groupe nippon a encore dévissé ce vendredi, perdant plus de 7%, toujours en raison du report du premier jeu sur mobile du célèbre éditeur. Au total, 4 milliards de dollars de valeur boursière se sont envolés en deux jours.

Game Over. Après avoir gravi des montagnes pendant plusieurs mois, Nintendo mange désormais son pain noir en Bourse. L'action du groupe nippon a encore chuté de 7% ce vendredi 30 octobre, après avoir déjà sérieusement accusé le coup la veille.

Sur deux jours, la valeur a ainsi dégringolé de 15%, sa plus forte chute sur cette période depuis février 2009. Au total, le groupe a perdu 4 milliards de dollars de capitalisation boursière en 48 heures, calcule Bloomberg.

En cause: l'annonce faite jeudi par le PDG de Nintendo, Tatsumi Kishima, du report à mars 2016 du lancement du premier jeu sur mobile du groupe de Tokyo, contre décembre 2015 auparavant.

Douche froide

Une véritable douche froide pour les investisseurs. L'action Nintendo avait, en effet, pris plus de 80% depuis mars, lorsque Satoru Iwata (décédé le 11 juillet dernier), alors PDG du groupe, avait annoncé que le géant du jeu vidéo allait se lancer à l'abordage des smartphones, mettant ainsi fin aux implorations des investisseurs.

Les marchés avaient alors logiquement applaudi une décision qui mettait fin au conservatisme de Nintendo. Cette dernière avait toujours refusé de décliner ses juteuses licences (Super Mario, Zelda, Pokémon) craignant de brader leur image.

Pour Jay Defilbaugh, analyste chez CLSA Japan cité par Bloomberg, le report de ce projet mené avec la plateforme de jeux en ligne DeNA "peut montrer que Nintendo a conscience des risques liés au lancement de ses meilleures franchises sur mobile, et compromettre ainsi l'appétit du groupe pour ce marché".

Une stratégie pertinente?

Toute la question est de savoir si Nintendo compte vraiment produire des jeux Mario ou Zelda pour les mobiles. Pour le moment aucune de ces célèbres séries n'est prévue sur ce format. D'ailleurs le jeu produit avec DeNa et annoncé pour mars prochain, "Miitomo", s'apparente plus à une application de communication qu'à un vrai jeu vidéo.

Les ambitions de Nintendo semblent donc être pour le moment mesurées. Mais selon Steve Bailey, d'IHS Analysis, le groupe nippon adopte une stratégie prudente et habile. "Miitomo est exactement la façon dont Nintendo se doit d'approcher le mobile. C'est le petit pas idéal pour l'entreprise et ses fans", explique-t-il à la BBC, parlant "d'un effort d'exploration". Il estime ainsi que les franchises à succès de Nintendo ne devraient venir qu'une fois que la marque nippone aura acquis de l'expérience sur le mobile.

"Les marchés ont beau rouspéter, le plus gros risque pour Nintendo c'est de diluer ses franchises", poursuit-il. Et Steve Bailey de conclure que tout l'enjeu pour le groupe va être d'arriver à gérer la frustration des marchés tout en préservant ses marques.

J.M.