BFM Patrimoine

Chez l'ex-Pages Jaunes, "c'est presque de l'abus de bien social" selon Proxinvest

Loïc Dessaint est le directeur général d'un des trois géants mondiaux du conseil aux actionnaires, le français Proxinvest.

Loïc Dessaint est le directeur général d'un des trois géants mondiaux du conseil aux actionnaires, le français Proxinvest. - Proxinvest

Quels groupes français risquent de se frotter à la grogne des actionnaires en cette saison d'AG? Pourquoi Valeo peut s'inquiéter malgré ses excellents résultats? Interview de Loïc Dessaint, directeur général de Proxinvest.

Faut-il voter pour ou contre la rémunération de Carlos Ghosn? Oui ou non à la nomination de tel nouvel administrateur? En cette saison d'assemblées générales, les cabinets de conseil aux actionnaires dévoilent leurs consignes aux investisseurs. Mais comment ces spécialistes, dont les clients gèrent des portefeuilles de centaines de milliards d'euros, définissent-ils leur politique de vote? Trois questions à Loïc Dessaint, directeur général du géant du conseil et de l'analyse financière française, Proxinvest.

BFM Business: Quelles entreprises ont du souci à se faire à propos du vote de la rémunération de leurs dirigeants aux AG 2017?

Loïc Dessaint: Nous trouvons que la rémunération a un peu trop augmenté chez Total. Avec plus de 6 millions d'euros, Patrick Pouyanné a dépassé le niveau de rémunération de son défunt prédécesseur, Christophe de Margerie. Cette hausse nous ennuie parce que, si on regarde la performance du groupe sur 4-5 ans, la chute de l'activité est phénoménale, ses bénéfices ont plongé. L'argument de la direction est que Total a mieux performé que ses concurrents sur 2016. Mais pour nous, des bénéfices qui chutent moins vite que ceux du secteur ne justifient pas une telle augmentation.

Nous sommes aussi déçus de constater que la rémunération de Carlos Ghosn chez Renault bouge à peine, en dépit de la défiance des actionnaires exprimée l'année dernière. Ce niveau de rémunération reste trop élevé à notre avis, parce qu'il a deux jobs, un chez Nissan, un chez Renault. Donc il ne consacre pas tout son temps à la marque française, mais touche quand même le double de ce que gagnent les patrons les mieux payés du CAC 40.

Et surtout, nous sommes extrêmement choqués par ce qui se passe chez Solocal, l'ex-Pages jaunes. L'entreprise avait une dette énorme, elle a dû être restructurée, les actionnaires ont versé presque 400 millions d'euros pour la recapitaliser, et il en reste autant à rembourser. L'année dernière, la rémunération du dirigeant a été rejetée. Et cette année, elle accorde un plan d'action gratuite sur 6% du capital pour les cadres et dirigeants. Pour nous, c'est presque de l'abus de bien social. En tout cas un manque de décence inouïe, qu'on ne comprend pas.

Votre cabinet conseille ce vendredi aux actionnaires de Valeo de voter contre la rémunération de son PDG, Jacques Aschenbroich, en dépit de ses résultats excellents. Pourquoi?

Ses performances sont exceptionnelles, et la transparence des rémunérations est bonne, deux critères qui justifient à nos yeux que le dirigeant obtienne un bonus maximal. Ce qui nous dérange, c'est le montant de sa rémunération comparé à la taille de l'entreprise. Nous considérons que la rémunération fixe du dirigeant ne doit pas excéder la médiane du CAC 40, qui est de 1 million d'euros par an -c'est le cas pour Valeo- et que la part variable ne doit pas dépasser 150% du fixe, donc 1,5 million. Ici, Jacques Aschenbroich a obtenu un peu plus de 160%.

Alors ce n'est pas beaucoup plus, mais s'y ajoute une rémunération sous forme d'actions gratuites de 2,7 millions. C'est plus que le double de 2015 (1,2 million). C'est énorme. Au total, sa rémunération augmente de 59% sur un an. Du coup, le PDG de Valeo va devenir le 10e patron le mieux payé du CAC 40, alors que son entreprise n'est que la 34e capitalisation de l'indice parisien, en queue de peloton. Voilà pourquoi on conseille contre sa rémunération, presque à contrecœur, parce qu'on n'aime pas voter contre quelqu'un qui est bon. D'ailleurs on dit bien que ce n'est pas le PDG qui est à blâmer, mais plutôt le comité de rémunération de Valeo. Son président, Georges Pauget, nous avait d'ailleurs laissé un mauvais souvenir quand il dirigeait le Crédit Agricole.

Comment fixez-vous ces politiques de vote, ces plafonds très précis… Comment se passe la cuisine interne chez Proxinvest?

Ici à Paris, nous sommes une quinzaine d'analystes à passer notre année à éplucher les documents de référence des entreprises, des pavés de 500 à 900 pages. Depuis 20 ans maintenant, on rédige un rapport annuel sur la rémunération des dirigeants français, on observe les montants, les comportements depuis la fin des années 90. Nous calculons des médianes, des moyennes. Bref, nous sommes devenus des experts pour identifier les meilleures pratiques, celles qu'on va mettre en avant auprès de nos clients investisseurs.

Justement, on en discute avec ces derniers, ces sociétés de gestion, ces caisses de retraite, des mastodontes qui gèrent jusqu'à plusieurs centaines de milliards d'investissement. On débat avec eux. Ensuite, nos principes sont examinés par notre comité d'orientation. Il compte une douzaine de membres: des investisseurs clients ou non de Proxinvest, un ancien de l'Autorité des marchés financiers, des représentants de sociétés cotées, des opérateurs d'indices boursiers, des professeurs de droit, et un actionnaire de société familiale (SEB). Ils nous apportent beaucoup, grâce à leur recul et leur expérience. Proxinvest rencontre en outre une soixantaine de sociétés cotées pour leur présenter notre politique de vote, et on ajuste en fonction de nos échanges. Enfin, notre conseil de surveillance a le dernier mot.

Nina Godart