BFM Patrimoine

CGG prévient d'un premier faible pour Acquisitions après 800 millions de dollars de dépréciations en 2013

BFM Patrimoine

- Résultats de CGG (CGG) - Exercice 2013 : - Perte nette 2013 de 691 millions de dollars en raison d'une dépréciation de 800 millions dans la branche Acquisitions - Résultat net annuel de 101 millions de dollars contre 92 millions en faisant abst

- Résultats de CGG (CGG) - Exercice 2013 :

- Perte nette 2013 de 691 millions de dollars en raison d'une dépréciation de 800 millions dans la branche Acquisitions

- Résultat net annuel de 101 millions de dollars contre 92 millions en faisant abstraction de cette dépréciation

- Résultat opérationnel courant en hausse de 5% à 423 millions de dollars, marge de 11% contre 12% en 2012

- CGG prévoit un premier trimestre faible pour Acquisitions et des conditions de marché stables en 2014

- Le groupe maintient ses objectifs de croissance de l'activité et de la rentabilité à l'horizon 2016

- L'action chute de 7% à 11,3 euros en milieu de matinée

L'ESSENTIEL:

PARIS (Dow Jones)--CGG (CGG) a annoncé jeudi que sa division Acquisition, en cours de restructuration, ferait à nouveau face à un premier trimestre difficile, avant une stabilisation de ses conditions de marché sur l'ensemble de l'exercice, après avoir plombé les comptes du groupe de services parapétroliers en 2013.

CGG a accusé en 2013 une perte nette de 691 millions de dollars, contre un bénéfice de 92 millions en 2012, en raison d'une dépréciation de 800 millions dans sa branche Acquisitions, pour tenir compte de la réduction prévue de la flotte de navires du groupe dans le cadre de son plan stratégique. En faisant abstraction de cette dépréciation, son résultat net serait ressorti à 101 millions de dollars, contre 92 millions, a indiqué CGG dans un communiqué.

A 10h30, l'action CGG cédait 7% à 11,3 euros.

Le parapétrolier, qui a présenté un plan de restructuration en décembre après deux alertes en 2013, a confirmé ses objectifs stratégiques 2016. A cet horizon, CGG vise une croissance de son chiffre d'affaires à plus de 4 milliards de dollars et une amélioration de 4 points de pourcentage de sa marge opérationnelle.

En 2013, le résultat opérationnel courant de la Compagnie Générale de Géophysique a progressé de 5% à 423 millions de dollars. Cela trahit une contraction de sa marge à 11%, contre 12% en 2012. CGG visait pour sa part un résultat opérationnel compris entre 400 et 420 millions de dollars.

Le chiffre d'affaires est ressorti en hausse de 10% à 3,77 milliards de dollars l'année dernière. CGG a également fait état d'un carnet de commandes d'une valeur de 1,35 milliard de dollars au 1er janvier 2014, en hausse de 9% par rapport à la fin 2012. "Le taux de couverture de la flotte est de 100% au premier trimestre, 75% au deuxième trimestre et 35% au troisième trimestre", a précisé le groupe dans son communiqué.

LE COMMENTAIRE DE L'ENTREPRISE:

"Les performances 2013 de CGG ont montré une bonne résistance dans un environnement contrasté, marqué par une détérioration des conditions de marché au second semestre. L'intégration réussie au sein du groupe des activités Géosciences nous renforce dans un segment de marché porteur de croissance rentable pour le futur", a indiqué Jean-Georges Malcor, le directeur général du groupe de géophysique.

LE CONTEXTE:

Le spécialiste de l'exploration pétrolière a présenté en décembre une réorganisation de son portefeuille d'activités qui doit lui permettre d'augmenter sa marge opérationnelle de 4 points à l'horizon 2016.

Ce plan doit permettre au groupe d'ajuster sur le haut de gamme sa flotte de navires utilisés pour réaliser les études sismiques offshore.

"CGG aborde désormais une troisième étape de son plan stratégique centrée sur le rééquilibrage de son portefeuille vers des activités de haut de gamme moins capitalistiques et plus génératrices de cash", avait déclaré le directeur général du groupe, Jean-Georges Malcor, en décembre. "Cette nouvelle étape, qui sera mise en oeuvre au cours des trois prochaines années, sera accompagnée d'un contrôle renforcé des coûts, d'une gestion serrée du cash et de la poursuite de nos plans d'amélioration de la performance opérationnelle", avait-t-il ajouté.

La réduction de la taille de la flotte de navires doit également permettre une baisse des coûts fixes et des investissements.

-Ambroise Ecorcheville et Thomas Varela, Dow Jones Newswires; +33 (0)1 40 17 17 71; ambroise.ecorcheville@wsj.com

COMMUNIQUES FINANCIERS DE CGG:

http://www.cggveritas.com/News.aspx?cid=41&lang=2

(END) Dow Jones Newswires

February 27, 2014 04:40 ET (09:40 GMT)

© 2014 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-